Td corrigé E42 Éléments de correction BTS MS option SEF ... - Eduscol pdf

E42 Éléments de correction BTS MS option SEF ... - Eduscol

Ces deux paramètres augmentant, les pertes sensibles par les fumées sont plus ... 2.2.2 Avec le schéma 2, calculer la perte de charge de l'échangeur pour le ... Il faut calculer les pdc linéaires et singulières des tuyauteries de raccordement et ..... 1606xxxx. EXAMEN. BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR. SPÉCIALITÉ :.




part of the document

























































BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

maintenance des systÈmes

Option : Systèmes énergétiques et fluidiques

Session 2016


U 42 : Analyse des solutions technologiques

Durée : 4 heures – Coefficient : 4










Étude de la production de chaleur

Conception générale de la chaufferie
Ajouter en rouge tous les organes de sécurité imposés par la réglementation et en bleu, ceux que vous jugez nécessaires pour un fonctionnement sûr d’une chaudière.
En rouge :
Une soupape de sûreté montée directement sur la chaudière ou sur le départ, avant tout organe d’obturation,
Un thermostat de sécurité à réarmement manuel, réglé à 110 °C maximum.
En bleu :
Une deuxième soupape de sûreté montée comme la première,
Un contrôleur de débit, monté plutôt sur le retour,
Un pressostat de sécurité manque d’eau, commun à toutes les chaudières.
Présenter l’avantage principal de raccorder les 4 pompes de chaudières en parallèle plutôt que placer une pompe sur chaque chaudière.
L’installation gagne en fiabilité :
Quand une pompe tombe en panne, toutes les chaudières peuvent encore fonctionner,
La pompe de secours est commune aux trois autres pompes.
Par quel moyen le débit produit par les pompes de chaudières se répartit équitablement dans les chaudières en service ?
Toutes les chaudières sont identiques et raccordées par une boucle de Tickelman. L’équilibrage est géométrique. Les 4 circuits en parallèle sont identiques et ont la même longueur. Ils ont donc la même résistance hydraulique.
Présenter l’avantage principal de faire varier le débit dans le réseau de distribution.
Les besoins de chaleur sont variables. Ils dépendent essentiellement de la température extérieure.
Quand les besoins sont faibles, il est inutile de transporter le débit d’eau correspondant à la puissance maximale.
En faisant varier le débit, on économise beaucoup d’énergie électrique au niveau des pompes du réseau (P ( k . qv3).
Expliquer la fonction du bipasse lisse placé entre l’aller et le retour. Justifier le sens de circulation indiqué sur le schéma.
Le bipasse lisse réalise le découplage hydraulique. Le débit dans le réseau et le débit dans les chaudières sont indépendants.
Il faut que le débit dans les chaudières reste supérieur au débit dans le réseau, pour éviter le mélange sur l’aller. Dans le cas contraire, les chaudières devraient chauffer l’eau à une température supérieure à celle nécessaire au réseau, ce qui diminue leur rendement ou même ce qui est impossible ((maxi ( 105 °C).
Expliquer pourquoi les pompes des chaudières sont sur le retour et les pompes du réseau sont sur l’aller.
Pour éviter le risque de cavitation, la pression à l’aspiration des pompes doit rester la plus élevée possible. Le seul endroit où la pression reste constante quel que soient les débits, est le point de raccordement du vase d’expansion (point neutre). Toutes les pompes ont leur aspiration au point de branchement du vase.
Vase d’expansion à pression d’azote
Expliquer le fonctionnement du vase d’expansion lorsque la température de l’installation augmente, puis lorsque cette température diminue.
Lorsque la température de l’installation augmente, l’eau se dilate et son volume augmente (expansion), l’eau rentre dans le vase d’expansion, le niveau monte, l’azote est comprimé, la pression tend à augmenter, le déverseur R2 s’ouvre et laisse échapper l’azote.
Lorsque la température de l’installation diminue, l’eau se contracte et son volume diminue, l’eau ressort du vase d’expansion, le niveau descend, l’azote se détend, la pression tend à diminuer, le détendeur R1 s’ouvre et laisse rentrer l’azote.
Compléter le graphe des deux régulateurs de pression automoteurs, à action proportionnelle, R1 et R2 du vase d’expansion. Déterminer la zone neutre de la régulation.


La zone neutre est égale à 0,1 bar.
Dessiner sur le schéma, la boucle de régulation comprenant l’électrovanne de remplissage VEM.
La VEM s’ouvre lorsque l’installation manque d’eau c'est-à-dire lorsque le niveau d’eau dans le vase d’expansion est trop bas. Un contacteur de niveau à deux seuils, commande la VEM. Voir schéma de la chaufferie DR1.
Compléter le graphe de régulation de l’électrovanne de remplissage VEM, à action tout ou rien.

Au niveau bas, l’électrovanne s’ouvre. Au niveau haut, elle se referme.

Réglage de combustion
Calculer la puissance du brûleur (puissance sur le gaz) dans les conditions nominales.

Calculer le débit volume horaire de gaz dans les conditions normales de température et de pression (CNTP : 0 °C et 101325 Pa).

Calculer le débit volume horaire de gaz au niveau du compteur, température 15 °C, pression 300 mbar.

Donner la définition du facteur d’air mesuré et régulé par la sonde lambda (( = facteur d’air).

Le facteur d’air est le rapport entre l’air réel de combustion et l’air théorique.
Sur quel organe du brûleur agit la sonde lambda ?

La sonde ( agit sur le volet d’entrée d’air. Si le facteur d’air est trop faible, le volet d’air s’ouvre davantage.
Expliquer l’incidence sur la qualité de combustion et sur le rendement de combustion :
d’un ( insuffisant,
d’un ( excessif.
( insuffisant : Le carbone n’est pas oxydé complètement, il y a production de CO (gaz mortel à faible dose). Les imbrulés encrassent la chaudière et le conduit de fumées. La combustion est de mauvaise qualité.
La quantité de chaleur dégagée par la combustion est réduite, l’échange de chaleur est compromis par l’encrassement des surfaces d’échange. Le rendement de combustion est faible.
( excessif : Le carbone est généralement oxydé presque complètement, il y a peu de CO dans les fumées. La combustion est de bonne qualité.
Comme l’excès d’air se retrouve dans les fumées, le débit de fumée est plus important et la surface d’échange le refroidit moins bien. Ces deux paramètres augmentant, les pertes sensibles par les fumées sont plus importantes. Le rendement de combustion est faible.
En exploitant les graphiques des résultats de mesure de combustion, quelle est la valeur de ( qui vous semble la mieux adaptée à ce brûleur ?
On recherche CO mini et ( maxi.
D’après les courbes relevées, le meilleur réglage est avec ( = 1,2 soit 20% d’excès d’air.






Projet géothermie
Puissance disponible sur la géothermie
Quel fluide subit la plus grande variation de température lors de son passage dans l’échangeur ?
Comme ( ( 1, on a : P1 = P2 ( qv1 . ( . c . ((1 = qv2 . ( . c . ((2
Ici on a qv1 > qv2 donc ((1 < ((2
La plus variation de température est sur le secondaire.
Représenter schématiquement l’évolution des températures des fluides primaire et secondaire dans l’échangeur. En déduire entre quelles températures se situe le pincement ?
 SHAPE \* MERGEFORMAT 
Le pincement est entre T1et T4.
Calculer les températures T2, T4 et la puissance de l’échangeur.
T4 = T1 – p = 82 – 2 = 80 °C
T2 = T1 - ((1 = T1 - ((2 . qv2 / qv1 = 82- (80 - 45) x 200 / 250 = 54 °C
P = qv2 . ( . c . ((2 = 200 x 1000 x 4,18 x (80 – 45) / 3600 = 8128 kW
Schéma hydraulique
Expliquer deux raisons pour lesquelles le schéma 1 ne peut être retenu.
L’échangeur est incapable de produire de l’eau à 90 °C. Les chaudières devraient toujours être employées pour chauffer l’eau à une température très supérieure à 90 °C pour que le mélange soit à 90 °C.
La température de retour est réchauffée de 70 à 72 °C par le bipasse lisse, donc la puissance récupérée est plus faible que si l’échangeur recevait l’eau à 70°C.
La perte de charge d’un échangeur est très supérieure à celle d’une chaudière. Les pompes de chaudière ne sont pas capables d’assurer le débit dans l’échangeur.
Avec le schéma 2, calculer la perte de charge de l’échangeur pour le débit secondaire maximal : qvmaxi = 1380 m3/h
J = R . qv2
D’où R = J0 / qv02 = J / qv2 ( J = J0 . (qv / qv0)2 = 0,5 x (1380 / 250)2 = 15,2 bar
Calculer la puissance hydraulique à fournir par les pompes du réseau pour faire passer l’eau au-travers de l’échangeur. Expliquer pourquoi le schéma 2 n’est pas envisageable.
Phydraulique = qv . (p = 1380 x 15,2 . 105 / 3600 = 584 000 W soit 584 kW
Ni la perte de charge de l’échangeur, ni la puissance hydraulique à fournir par les pompes ne sont raisonnables.
Avec le schéma 3, la vanne de réglage dérive 300 m3/h dans l’échangeur. Calculer sa perte de charge.
J = J0 . (qv / qv0)2 = 0,5 x (300 / 250)2 = 0,72 bar
Calculer la puissance hydraulique à fournir par les pompes du réseau pour faire passer l’eau au travers de la vanne de réglage. Le schéma 3 est-il satisfaisant ?
Phydraulique = qv . (p = 1380 x 0,72 . 105 / 3600 = 27 600 W soit 27,6 kW
Non, la puissance demandée aux pompes du réseau est encore excessive.
Avec le schéma 4, le débit nominal dans le secondaire de l’échangeur est 300 m3/h. Calculer la puissance hydraulique de la pompe de l’échangeur. Conclure sur la solution à retenir.
Phydraulique = qv . (p = 300 x 0,72 . 105 / 3600 = 6000 W soit 6 kW
Cette solution est la meilleure.
Dans le but de sélectionner la pompe de l’échangeur, expliquer comment vous allez calculer sa hauteur manométrique totale : HMT [m].
La hauteur manométrique de la pompe est égale à la somme des pertes de charge du circuit. Il faut calculer les pdc linéaires et singulières des tuyauteries de raccordement et les ajouter à la pdc de l’échangeur.
En négligeant les premières, on trouve :
HMT = (p / (( . g) = 0,72 . 105 / (1000 x 9,81) = 7,34 m

Bilan énergétique
Pour quelles valeurs de la température extérieure les chaudières ne sont plus nécessaires ?
Lorsque la puissance de la géothermie couvre les besoins, donc lorsque la température extérieure est supérieure à 12 °C.
Quelle est la puissance produite par les chaudières, pour la température extérieure de base -7 °C ?
Pchaudières = Ptotale – Pgéothermie = 29 – 4 = 25 MW
Calculer la quantité de chaleur totale à produire sur l’année.
Document réponse DR5 : Calcul des quantités de chaleur

Température extérieure [°C]-10-7-4-12581114( 17Fréquence [j/an]115173047544325142Fréquence [h/an]24241204087201128129610326003408Puissance totale à produire [MW]322926232017141185Totaux annuelsQuantité de chaleur totale à produire [MWh]7686963120938414 40019 17618 14411 352480017 04098 880Puissance produite par la géothermie [MW]3456789101112Quantité de chaleur produite par la géothermie [MWh]729660024485040902411 66410 320660040 89686 760Pourcentage de couverture de la géothermie87,74 %
Sans géothermieAvec géothermieEconomie brute annuelleQuantité de chaleur produite par les chaudières [MWh]98 88012 120Quantité de chaleur consommée par les chaudières [MWh]112 36413 773[¬ ]3 450695Dépense annuelle en gaz [¬ ]3 932 740482 045
Calculer la quantité de chaleur produite par la géothermie sur l année.
En déduire le pourcentage de couverture annuelle de la géothermie.
Comparer les consommations de gaz, sans et avec géothermie.
Calculer l’économie brute annuelle produit par la réduction de consommation de gaz.
Quelles dépenses faudrait-il retrancher pour connaitre l’économie nette annuelle produit par la géothermie ?
L’amortissement de l’installation géothermie,
La consommation d’électricité des 3 pompes de l’échangeur,
Les frais de maintenance de cette partie d’installation.
Rénovation d’une sous-station
Fonctionnement actuel du réseau d’eau chaude CTA
Colorier chaque tronçon du schéma hydraulique du document réponse DR2, en bleu si le débit est constant, en rouge si le débit est variable.
Document réponse DR2 : Schéma de principe sous-station – État initial
 SHAPE \* MERGEFORMAT 
Repérer sur le schéma du document réponse DR2, les orifices de la vanne à trois voies de la batterie chaude (A : voie directe, B : voie bipasse, AB : voie commune)
Quel est le type de montage de la vanne à trois voies de la batterie chaude ?
La vanne à trois voies est montée en mélange (ou décharge inversée).
Quand le besoin de chauffage de l’air diminue, comment évolue la température de retour d’eau ?
La vanne à trois voies ferme sa voie directe et ouvre sa voie bipasse. La température de retour augmente.
Exposer deux inconvénients d’un retour à température élevée sur le réseau primaire.
Les pertes thermiques de la tuyauterie de retour sont plus importantes,
Le rendement des chaudières diminue,
La puissance fournie par la géothermie diminue.
Récupération de chaleur sur la CTA
Calculer les débits masse d’air neuf et d’air soufflé en kgas/s, à l’aide diagramme de l’air humide du document réponse DR5.
vE = 0,756 [m3ah/kgas] et vS = 0,882 [m3ah/kgas]
qmAN = qvAN / vE = 2500 / (0,756 x 3600) = 0,919 [kgas/s]
qmAS = qvAS / vS = 10 000 / (0,882 x 3600) = 3,149 [kgas/s]
Calculer le taux d’air neuf dans l’air soufflé.
TAN = qmAN / qmAS = 0,919 / 3,149 = 0,292
Représenter en bleu sur le diagramme de l’air humide du document réponse DR5, l’évolution de l’air dans l’installation de climatisation, en respectant les repères des points caractéristiques indiqués sur le schéma (E, L, S, M, 1).
Calculer la puissance de la batterie chaude et le débit de vapeur de l’humidificateur.
PBC = qmAS . (h1 – hM) = 3,149 x (49,78 – 26,67) = 72,8 [kW]
qmv = qmAS . (rS – r1) = 3,149 x (6,50 – 5,71) . 10-3 = 2,48 . 10-3 [kg/s] soit 8,93 [kg/h]
Quelles technologies de récupérateurs sont disponibles sur le marché ? Laquelle est la plus facile à ajouter sur une installation existante ?
Échangeur à plaques,
Échangeur à caloducs,
Récupérateur double batterie à eau glycolée,
Échangeur rotatif.

Le récupérateur le mieux adapté à la rénovation est le double batterie.
En considérant que le récupérateur a une efficacité sensible égale à 75 % et qu’il ne transfert pas d’humidité, tracer en rouge sur le diagramme de l’air humide du document réponse DR5, la nouvelle évolution de l’air dans l’installation de climatisation.
(2 = (E + E . ((L – (E) = -7 + 0,75 x [20 – (-7)] = 13,25 [°C]
Calculer la puissance du récupérateur et la nouvelle puissance de la batterie chaude.
PRécup= qmAN . (h2 – hE) = 0,919 x [10,08 – (-2,36)] = 18,8 [kW]
PBC’ = qmAS . (h1 – hM’) = 3,149 x (49,78 – 32,63) = 54,0 [kW]

Rénovation du réseau hydraulique des CTA
Calculer le coefficient de vanne Kv de la vanne à deux voies de la batterie chaude pour que son autorité soit supérieure ou égale à 0,5.
Kv = qv / (Jtronçon à débit variable)1/2 = 1,39 / (0,20 + 0,05)1/2 = 2,78
Sélectionner cette vanne de régulation grâce à l’extrait de catalogue du document réponse DR6. Justifier votre choix.
Pour avoir a ( 0,5 il faut Kvs inférieur ou égal à Kv calculé. On choisit la vanne VVF31.15-2.5 en DN 15 avec Kvs = 2,5
Vérifier la sélection du circulateur GRUNDFOS MAGMA3 D 50-100 F, en traçant son point de fonctionnement nominal sur le document réponse DR7.
Proposer le mode de régulation pour le circulateur, qui vous semble le mieux adapté à cette installation. Justifier votre choix.
Les batteries et leur vanne de régulation ont une perte de charge prépondérante devant les tuyauteries de raccordement. La régulation à HMT constante est recommandée.
Déterminer la puissance électrique consommée, au point de fonctionnement nominal.

Pélec ( 400 W

Modification de l’armoire électrique
Compléter le schéma de puissance du document réponse DR9.


Les 2 moteurs doivent être branchés sur la même phase car ils ne fonctionnement jamais ensemble.

Inventorier les causes pouvant provoquer le déclenchement d’un disjoncteur moteur.
Surcharge du moteur (défaut des paliers, dépot de boues…)
Court-circuit en aval du disjoncteur,
Fréquence de démarrage excessive,
Perte d’une phase.
Inventorier les causes pouvant provoquer l’ouverture du contact thermique (klixon) implanté dans les moteurs.
Mauvais refroidissement du moteur (manque de débit d’eau, température d’eau excessive)
Surcharge du moteur,
Fréquence de démarrage excessive.





Compléter le schéma de commande et de signalisation du document réponse DR10, de façon que :
La pompe de secours démarre automatiquement en cas de disjonction ou de surchauffe sur la pompe en service (sauf si elle-même est en défaut).
Le voyant H3 ou H4 s’allume, quelle que soit la nature du défaut.


































EXAMEN : BTS M.S. – Épreuve : XXX – Corrigé n° 01MS16 – page PAGE \* MERGEFORMAT6

CODE ÉPREUVE :
1606xxxxEXAMEN
BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEURSPÉCIALITÉ :
MAINTENANCE DES SYSTÈMESSESSION :
2016CORRIGÉÉPREUVE : U42 ANALYSE DES SOLUTIONS TECHNOLOGIQUESDurée : 4hCoefficient : 4Corrigé N° 01MS16Page PAGE \* MERGEFORMAT1



Barème sur 125 pts

40 pts

Réseau de distribution
de chaleur

Vase d’expansion à pression d’azote

Alimentation gaz naturel 300 mbar

Alimentation eau de ville adoucie

4 pompes de chaudières

3 pompes de réseau

90 °C

70 °C

72 °C

90 °C

4 chaudières
4 x 12 MW

R1

N2

N2

N2

R2

VEM

Variateur de fréquence

Pompe doseuse anticorrosion

R

R

B

B

B

14 pts

16 pts

/ 2

/ 2

/ 4

/ 2

/ 2

/ 4

/ 4

/ 2

/ 4

Graphe de régulation des régulateurs R1 et R2


Ouverture du clapet

Pression dans le
vase d’expansion [bar]

100 %

0 %

R2

100 %

0 %

R1

1,8

2

1,9

2,1

1,7

ZN = 0,1

Ouverture du clapet

Grandeur régulée :
Niveau d’eau

Graphe de régulation de l’électrovanne VEM

1

0

Niveau bas

Niveau haut

10 pts

/ 1

/ 1

/ 2

/ 2

/ 2

/ 1

/ 1

/ 4

35 pts

/ 1

/ 2

/ 2

/ 2

/ 3

/ 3

/ 2

S

T

T1 = 82

T4

T3 = 45

T2

((2

((1

p

8 pts

12 pts

/ 1

/ 1

/ 1

/ 2

/ 2

15 pts

/ 4

/ 2

/ 1

/ 1

/ 3

/ 1

/ 1

/ 2

/ 2

50 pts

18 pts

12 pts

Réseau de distribution
de chaleur

Préparateur d’eau chaude sanitaire

90 °C

70 °C

Extérieur
E

Local
L

Réseau radiateurs

BC

BFH

HV

Autres CTA

80 °C

65 °C

Centrale de Traitement d’Air

M

1

S

Projet :
Ajout d’un récupérateur de chaleur

2

Bleu

Bleu

Bleu

Bleu

Bleu

Bleu

A

AB

B

/ 6

/ 5

/ 1

/ 2

/ 2

18 pts

E

M

L

BC

HV

S

1

Récup



2

BC’

/ 2

/ 2

/ 1

/ 2

/ 1

/ 2

/ 2

/ 2

/ 4

8 pts

7 m

12 m3/h

12 pts

Q : Disjoncteur moteur
KM : Contacteur principal
X : Bornier de raccordement
M : Moteur monophasé


Q1

KM1

X1

M1
1 ~

Q2

KM2

X2

M2
1 ~

L1

L2

L3

230 - 400V ~

N

/ 2

/ 2

KM1

H1

KM2

H2

H3

H4

Pompe 1

Pompe 2

Marche
Pompe 1

Marche
Pompe 2

Défaut
Pompe 1

Défaut
Pompe 2

L

N

Absence défaut
Pompe 2


Absence défaut
Pompe 1

KA1

KA2

KM1

KM2

Q : Disjoncteur moteur
KA : Contacteur auxiliaire
KM : Contacteur principal


S1 : Commutateur 3 positions
B : Contact thermique surchauffe moteur (klixon)
H : Voyant de signalisation


Q1

B1

Q2

B2

KA1

KA2

S1

KA1

KA2

KA1

KA2

/ 5

/ 3