Td corrigé 1 - IS MU pdf

1 - IS MU

Cette maison bourgeoise dessinée par l'architecte Marcel Ormière a été conçue pour ...... Le corrigé avec les consignes se trouvent sur les fiches d'enseignant.




part of the document



MASARYKOVA UNIVERZITA
PEDAGOGICKÁ FAKULTA
KATEDRA FRANCOUZSKÉHO JAZYKA A LITERATURY












DIPLOMOVÁ PRÁCE
La problématique du crime dans le roman Thérèse Desqueyroux









Brno 2008









Vedoucí diplomové práce : Vypracovala:
PhDr. Miroslava Novotná, Ph.D. Eva Pavlíková


































Chtla bych podkovat paní PhDr. Miroslav Novotné, Ph.D. za její pomoc a cenné rady, které mi poskytovala pYi psaní diplomové práce. Dále bych ráda podkovala vaem, kteYí mi poskytli nejroznjaí materiály a informace.

Prohlaauji, ~e jsem diplomovou práci vypracovala samostatn s pou~itím uvedené literatury. Souhlasím s tím, aby práce byla ulo~ena v knihovn Pedagogické fakulty na Masarykov univerzit, kde bude zpYístupnna ke studijním ú
elom.

































V Brn dne Podpis :

Table des matières :


Introduction…………………………………………………………………6

2. François Mauriac et sa région………………………………………………7
2.1. Bordeaux....................................................................................................8
2.2. Les Landes.................................................................................................9
2.3. Malagar.....................................................................................................10
2.4. Mauriac, un écrivain immortel..................................................................11
2.5. Les événements culturels autour de notre écrivain....................................15

3. Thérèse : une héroïne obsédante - Son chemin, de sa création à sa mort..17
3.1. Le Procès Canaby………………………………………………………..17
3.2. La parution, le chemin continue................................................................18
3. 3. Le film…………………………………………………………………..21

4. L’enquête sur les origines d’un crime imparfait…………………………...23
4.1. Le rôle du pays, de la famille et de la société.............................................24
4.2. Thérèse : sa perception des autres………………………………………...27
4.3. Thérèse : sa perception d’elle-même...........................................................30
4.4. Thérèse et les autres : les causes d’un désaccord…………………………34

5. Les fiches pédagogiques....................................................................................36
5.1. Fiche pédagogique n° 1…………………………………………………...37
5.2. Fiche pédagogique n° 2…………………………………………………...42
5.3. Fiche pédagogique n° 3…………………………………………………...45
5.4. Fiche pédagogique n° 4…………………………………………………...48
5.5. Fiche pédagogique n° 5…………………………………………………...51
5.6. Fiche pédagogique n° 6…………………………………………………...54

6. La conclusion…………………………………………………………………56

7. Le résum酅…………………………………………………………….….57

8. La bibliographie, la webographie et les sources des photos.........................58

9. Les annexes........................................................................................................61

























1. Introduction

Dans la littérature, les crimes et les personnages monstrueux ont toujours attiré les lecteurs. De plus, si leurs motifs pour commetre des crimes ne sont pas explicitement prononcés, nous pourrions devenir les « enquêteurs » qui les élucideraient. A première vue, Thérèse Desqueyroux, le titre du livre et en même temps le nom de son héroïne, paraissent accomplir ces attentes.
Alors, devenons aussi ces enquêteurs et essayons d’éclaircir les pulsions qui ont mené notre personnage jusqu'à cet acte imparfait et inaccompli. Thérèse est-elle vraiment la coupable, un monstre, ou est-elle seulement la victime d’une incompréhension de la part de son milieu ?
Le but principal de notre travail sera de trouver la réponse sur les motifs du crime basée sur notre lecture intime et personelle ainsi que détaillée.
Pendant notre séjour dans le cadre du programme Erasmus, à Bordeaux, l’idée d’orienter notre travail vers ce grand écrivain français et journaliste engagé ayant obtenu le Prix Nobel de littérature, nous a saisi. En nous y rendant, nous avons retrouvé l’esprit de ce personnage et l’ambiance de son œuvre qui s’est cachée non seulement dans les lieux réels de ses histoires mais aussi dans des nombreuses actions culturelles de ville de Bordeaux le concernant.
Tout d’abord, nous présenterons l’écrivain François Mauriac, l’auteur de Thérèse Desqueyroux, à travers sa région natale où sa plume a laissé des traces ineffaçables ce que nous permettra d’élargir notre conscience mauriacienne. Ensuite, nous étudierons la relation entre François Mauriac et un de ses personnages, Thérèse, déjà commencée avant la première parution de cet ouvrage en 1927. Cette liaison mérite une analyse plus détaillée car Mauriac a fait plusieurs fois revivre Thérèse. Enfin, la partie principale abordera la problématique du crime chez notre héroïne.
Le présent texte envisagera à l’aide des diverses fiches pédagogiques de mettre l’accent sur les étudiants du français de niveaux différents. Orientés vers les diverses compétences, ils voudraient enrichir la connaissance mauriacienne ainsi que leur connaissance de son ouvrage chez les lecteurs tchèques.




François Mauriac et sa région

Faire la connaissance avec un écrivain est toujours très enrichissant Étant étranger et étudier l’œuvre d’un écrivain d’une autre langue en est encore plus car grâce à cette connaissance, nous avons la possibilité de connaître un grand morceau de la culture, de la langue et de la pensée de la nation respective.
Nous avons eu de la chance de nous rendre sur place et retracer la vie et les sources de l’inspiration de l’auteur. Par ce fait, notre passion a été renforcée. Lire et imaginer est différent de voir et de sentir de nos propres yeux, de devenir les personnages d’un ouvrage littéraire. Une véritable aventure commence car tout ce qui pour un natif paraît normal, pour nous, les étrangers, est un indescriptible vécu et une découverte de l’inconnu.

« J’ai raconté des histoires qui se passent partout dans le monde, mais je les aurais racontées d’un autre ton, avec une autre voix, si je n’avais pas été cet enfant qui, avant de s’endormir, écoutait une sirène de bateau la nuit, sur le port, si les pins du parc de mes grandes vacances n’avaient pas eu ce flanc déchiré qui était pour moi une blessure, si sable n’avait pas brûlé mes pieds nus, si les ruisseaux glacés de ce pays de la soif, entre leurs aulnes, ne m’avaient pas enchanté à jamais. »


François Mauriac devant la maison à Malagar



Dans l’œuvre de François Mauriac, nous pouvons sentir une forte influence de son environnement, de sa région natale, c’est-à-dire de la Gironde. Toute son œuvre est impregnée par la ville de Bordeaux et par le paysage tant aimé de forêt landaise. Depuis son enfance, il observait son entourage et les mœurs de la société bourgeoise dans laquelle il a grandi. La grande question qui l’a troublée toute sa vie était celle du mal et des passions qui tourmentent la vie de l’homme.
Les thèmes de la souffrance, de la solitude, de l´exclusion, de l’incompréhension, de la frustration et des mauvaises relations entre les êtres humains n’avaient rien de nouveaux mais pourtant François Mauriac maîtrise le moyen de donner à son œuvre une sorte de magie qui la rend unique.
Quelle était cette magie ? Le désir des personnages d’être aimés, ce qui à nous, lecteurs, les rendait très attachants. Parmi les « ingrédients » de son œuvre figuraient aussi les thèmes du conflit de l’homme physique et psychique ou spirituel, mais aussi de la douleur intérieure imprononcée et dévorante.
En tant que lecteurs nous pouvons nous laisser emporter par l’écriture d’un auteur, suivre ses descriptions et imaginer les personnages et les lieux où les histoires se déroulent. Souvent il s’agit de la fantaisie de l’auteur mais dans le cas de François Mauriac nous pouvons vivre l’ambiance nous-mêmes, car la plupart de ses romans se déroulent sur les lieux de son enfance, de sa jeunesse ou de son adolescence. En écrivant, Mauriac a garanti une immortalité de ces lieux car ils seront toujours les témoins de son écriture, et en cela l’auteur est toujours présent entre nous.

2.1. Bordeaux

« Cette ville où nous naquîmes, où nous fûmes un enfant, un adolescent, c’est la seule qu´il faudrait nous défendre de juger. Elle se confond avec nous, elle est nous-mêmes ; nous la portons en nous. L’histoire de Bordeaux est l´histoire de mon corps et de mon âme … Les maisons, les rues de Bordeaux, ce sont les événements de ma vie ».
Bordeaux
C’est en se rendant sur place que l’on ressent pleinement l'ambiance de son œuvre et surtout de sa vie. Il est évident que le Bordeaux du temps de Mauriac n’est plus mais l’esprit perdure toujours. Les maisons de la pierre blanche, son quai, ses places, ses rues. Bordeaux, c´est Mauriac. Mauriac est Bordeaux. « Genius loci » qui nous frappe, ce mystère de la ville qui dure. Les façades reflètent ce visage d’Un adolescent d´autrefois et le vent emporte sa voix. Son écriture est partagée entre l’amour pour sa ville natale et ses frustrations d’un jeune homme. Dans plusieurs ouvrages romanesques autant qu’autobiographiques, Mauriac fait référence à cette ville.

2.2. Les Landes

Bordeaux n’est pas l’unique lieu de l’œuvre Mauriacienne. Les Landes, cette terre d’inspiration pour un enfant né à Bordeaux qui y passait ses vacances, entre les pins, le sable, le vent qui vient de l’océan, le silence et le bruit, l’odeur étrange ou les incendies dans la forêt.

« Ce chemin plein d’ornières et de trous se mue, au-delà d´Argelouse, en sentier sablonneux ; et jusqu’à l’Océan il n’y a plus rien que quatre-vingts kilomètres de marécages, de lagunes, de pins grêles, de landes où, à la fin de l’hiver, les brebis ont la couleur de la cendre ».

Le jeune François Mauriac passait ses grands vacances dans le Chalet de Saint-Symphorien, un petit village au cœur de la lande girondine. Cette maison bourgeoise dessinée par l’architecte Marcel Ormière a été conçue pour y séjourner en famille. La maison est embrassée par un grand parc. Ce lieu permet de découvrir un lieu intime de l’enfance de l’auteur.









Forêt des Landes Chalet de Saint-Symphorien

2.3. Malagar

De plus, nous pouvons mentionner Malagar. C’est un pays de vignes. Nous pouvons y ressentir une autre atmosphère tout à fait différente de celle des Landes. Les pins auxquels le vent s’accoude manquent, cette colline presque sans arbre où une très belle vue sur les rangs géométriques de vignes qui changent avec chaque saison s’offre devant nous. Malagar, c’est surtout la maison qui domine, le jardin qui s’ouvre avec les chaînes de charmes et de cyprès, les tilleuls qui la gardent par leur proximité et la terrasse avec la belle vue sur le paysage. Le silence est aussi présent ici. Quand nous nous retrouvons sur la terrasse, nous fixons notre regard vers le lointain, nous nous sentons très proches de ce grand écrivain qui là, réfléchissait et se retrouvait :

« Tant pis ! J’ose dire ce que je pense : paysage le plus beau du monde à mes yeux, palpitant, fraternel, seul à connaître ce que je sais, seul à se souvenir des visages détruits dont je ne parle plus à personne ».

En nous nous y promenant, nous pouvons le voir et le sentir, et nous pouvons nous poser la question si le fait d’écrire sur le lieu réel, de placer l´action de l´histoire dans une région proche de notre cœur, nous semble être une sorte de provincialisme. Cette « accusation » est injuste. La preuve pour nous, sans connaître ces lieux, pourrait être la première lecture de son œuvre. La plus grande importance sera mise sur les destins des personnages et non sur les lieux. Pour cela, nous pouvons utiliser les propres mots de François Mauriac et oser être d'accord avec lui:

« L’humanité tout entière tient dans ce paysan de chez nous et tous les paysages du monde dans l’horizon familier à nos yeux d’enfant. Le don du romancier se ramène précisément au pouvoir de rendre évidente l’universalité de ce monde étroit où nous sommes nés, où nous avons appris à aimer et à souffrir ».

Il est bien sûr impossible d’exclure cet étroit côté provincialiste de son œuvre. Dans les romans, il chante son pays natal, ses valeurs et ses habitudes mais l’essentiel est que les destins de ses personnages aient une valeur universelle. Écrire sur les choses connues pouvait être pour un écrivain une chose difficile mais Mauriac n’avait pas peur de le faire. Cela ne change pas le fait qu’il faut que nous y voyions la validité universelle pour nous, les êtres humains, n’importe où nous nous trouvions.

2.3. Mauriac, un écrivain immortel

L’immortalité de cet écrivain se constitue sur trois aspects. Premièrement, sur son œuvre même, ensuite sur sa région qui malgré les changements reste toujours celle de son œuvre mais également toutes les actions culturelles autour de ce personnage et qui permettent la préservation de sa mémoire.
La première clé pour ouvrir la porte de l’univers Mauriacien se trouve sans doute dans la maison de notre écrivain à Malagar, située dans la commune de Saint-Maixant. Cet ancien chai à vin appartenant à la famille Mauriac depuis 1843 est un site mystérieux. C’est une propriété qui se trouve entre la vallée de Garonne et les forêts des Landes, non loin de la ville de Langon. L’écrivain en a hérité en 1927 et pendant des années la visitait régulièrement avec sa famille. C’était pour lui un lieu de méditation et de réflexion, une source d´inspiration.


















La maison de Malagar

















La terrasse de Malagar -
le passé et le présent


Malagar, cette demeure girondine de François Mauriac a fait l’objet d'une donation par les quatre enfants Mauriac au Conseil Régional d'Aquitaine en 1985. Malagar a été classé monument historique en 1996. Aujourd’hui, l’esprit de l’écrivain est remarquable et le lieu même soulève l’admiration et le respect. Cette maison n’est pas seulement un rappel du passé mais aussi une démonstration de la présence vivante de l’esprit Mauriacien. Le message de Mauriac est constamment réécrit dans les diverses manifestations culturelles et pédagogiques qui se déroulent dans ce lieu. La dimension intellectuelle de François Mauriac impose que Malagar soit un carrefour d’échanges et de débats sur des grands sujets de la société, ainsi qu’il fonctionne comme un centre de colloques internationaux et d’études spécialisées. En outre, il ne faut pas oublier la bibliothèque et les archives de Malagar qui servent à chercher des différentes ressources concernant la région, Mauriac et son œuvre, les autres Prix Nobel français et un grand nombre de quotidiens et de magazines.
















Le bureau de F. Mauriac à Malagar














La vue par la fenêtre La buste de François Mauriac












La vigne qui entoure la maison


2.4. Les événements culturels autour de notre écrivain
C’était une grande chance que nous avons eu l’occasion de participer à l’une des activités pédagogiques qui se déroulent autour de François Mauriac. Il s’agissait d’une étude approfondie du roman Génitrix par des lycéens. A partir de la lecture du roman et de l’émission du film, les lycéens ont discuté la problématique de la relation fils-mère, de l’émancipation retardée et aussi du rôle des bruits dans cet ouvrage (tonnerre, train qui passe) et des problèmes de la lecture et de la compréhension du texte. Cette rencontre avec ce roman a été incarnée par la première approche de l’opéra Génitrix. Pour cette raison, un acteur professionnel est venu. Il a expliqué aux étudiants le terme « opéra contemporain » et les a fait travailler avec leur propre imagination en produisant avec leurs voix le son de cet art.
La première œuvre qui a inspiré le musicien était le roman Génitrix donnant l’inspiration à la création d’un opéra. L’opéra Génitrix est le travail d’un compositeur hongrois nommé Laszlo Tihanyi. L’Opéra national de Bordeaux a commandé une adaptation d’un ouvrage de Mauriac et pour cette occasion, il a choisi cet étranger passionné par l’œuvre de Mauriac. Il a mentionné alors l’universalisme de Mauriac : « C’est vrai que les personnages sont marqués par le paysage dans lequel ils évoluent, mais cette influence du dehors existe partout. Ce qui m’intéresse, c’est la valeur universelle des personnages, la façon dont l’histoire nous concerne nous tous ». Pourtant la critique lui reprochait une manque d´originalité de sa musique et aussi a jugeé cet opéra comme un travail soigné mais pas très remarquable.








Laszlo Tihanyi L’interprète de Fernard (l’affige de l’opèra)


Pour nous, les spectateurs, c’était une belle expérience de voir une adaptation du roman et une occasion de ressentir une autre manière de faire revivre l´esprit Mauriacien.
L’autre occasion était l’adaptation du Conservatoire de Bordeaux. C’était un court spectacle de jeunes étudiants appelé Fragments d´après Génitrix qui rien qu’au titre laissait entendre qu’il ne s’agissait pas de l’œuvre complète. C’était une présentation peu commune avec beaucoup d’effets originaux comme le chœur représenté par trois femmes devant la scène et une toile blanche qui cachant la scène et produisant l’effet d’une vieille photo. De plus, la présence de photos sur la scène, évoquant aux spectateurs une maison landaise ou les apparitions et les disparitions brusques des personnages nous ont fait bien rentrer dans l’action.
Un événement inoubliable était la remise du Prix François Mauriac de la Région Aquitaine aux écrivains de cette région. En 2007, le prix a été décerné à Jean-Paul Kauffman pour son roman La maison de retour. Cette maison qui se trouve dans La Haute Lande entourée de forêts devient un lieu de retour à la vie après une mauvaise expérience de l’auteur de la captivité au Liban.
Toute l’expérience que nous venons d’évoquer nous a apporté plusieurs enrichissements. Nous avons découvert un univers tout à fait inconnu pour nous, les lecteurs tchèques, et nous avons pu ouvrir la porte du monde Mauriacien. En voyant et en écoutant, nos pensées ont absorbé beaucoup d’informations. Après tout cela, nous n’avons qu’à dire : Monsieur Mauriac est toujours vivant et grâce à ces événements récents, à son œuvre et à tout le paysage, il ne disparaît jamais.



























3. Thérèse : une héroïne obsédante
Son chemin, de sa création à sa mort

Toutes les expériences évoquées dans le paragraphe précédent ont été intensifié par la lecture des romans de François Mauriac parmi lesquels nous avons choisi Thérèse Desqueroux qui joue un rôle importnant dans la vie créatrice de notre écrivain.

« Thérèse, beaucoup diront que tu n’existes pas. Mais je sais que tu existes, moi qui, depuis des années, t’épie et souvent t’arrête au passage, te démasque. »


Thérèse Desqueroux, l’histoire d’une femme qui nous fascine déja depuis 81 ans. Elle a sans doute fasciné aussi son auteur car il a reflué vers elle plusiers fois dans sa vie créatrice, peut-être inspiré par Balzac et le réapparition de ses personnages dans La comédie humaine, mais surtout car il a voulu ramener cette pécheresse à Dieu. Dans les paragraphes suivants, nous allons découvrir les pas de ce personnage et de son créateur pendant leur chemin littéraire commun.

3.1. Le Procès Canaby

Pour savoir quels évènements ont mené François Mauriac à écrire ce fameux roman Thérèse Desqueroux, nous devons d’abord nous replacer dans le Bordeaux du début du XXe siècle, en 1906, où un adolescent de 21 ans avait participé à un procès appellé « Le Procès Canaby » ou « L’Affaire Chartrons » .
Néammoins, les tribunaux ne sont pas souvent les lieux où les jeunes hommes de lettres passent leur temps libre. Donc, quelles étaient les intentions du jeune François M. pour y avoir participé ? Peut être étaient-ce les prémices d’une fascination pour le monde du crime qu’il connaissait par sa lecture, ou bien le besoin de rechercher ses démons familiers, sa sollitude et sa douleur adolescente, et d’explorer la problématique du bien et du mal, du péché.
A cette époque, nous pourrions en vain chercher un Bordelais n’ayant pas vécu l’Affaire Chartrons, un scandale boulversant le milieu de la société bourgeoise. Dans ce public intéressé, il y avait aussi François Mauriac.
C’était le procès avec une jeune femme nommée Henriette-Blanche Canaby accusée d’une tentative d‘empoisonnement de son mari, courtier de vin du quai des Chartrons. Mauriac profondément touché par cette audience a noté dans son journal le 26 mai 1906 : « Pauvre femme que je vis hier au banc de la cour d’assises, droite et pâle devant les hommes qui vous jugeaient, n’avez-vous pas senti monter vers vous, si pitoyable, si vaincue, un peu de mon humaine pitié ? » Nous pouvons sans doute y voir la première tentative de conversation avec sa future héroïne, Thérèse prend alors ses premiers contours. Par rapport à cela, Mauriac s’exprime : « Entre plusieurs sources de Thérèse Desqueyroux, il y eut la vision que j’eus, à 18 ans, d’une salle d’assises, d’une petite maigre empoisonneuse entre deux gendarmes. Je me suis souvenu des témoins, j’ai utilisé de fausses ordonnances dont l’accusée s’était servie pour se procurer les poisons mais là s’arrête mon emprunt. Avec ce que la réalité me fournit, je vais construire un personnage tout différent et plus compliqué. »
Malgré cela, nous pouvons trouver au moins un trait commun de ces deux femmes. Les deux venant du milieu de la société bourgeoise, même si dissemblable, car l’un, celui de Madame Canaby, est un milieu urbain et l’autre, celui de Thérèse, rural. Mauriac a gardé ce milieu car il est celui de son adolescence.
L’autre source d’inspiration pour Thérèse était une jeune femme d'un souvenir de jeunesse. Cette femme épousant un fils unique riche et très ordinaire était le contraire de son mari, douée d’un esprit intelligent et ardent.

3.2. La parution, le chemin continue

Vingt et un ans séparent le procès et la parution du roman mais ils étaient toujours remplis de l’intérêt de ce mystère intérieur, de cette fascination poussant à chercher les fonds de notre psychologie et l’influence des milieux où nous vivons. Le roman même est précédé par une longue confession, Conscience, instinct divin (1927), adressée à un prêtre. Ici, une jeune femme avoue un crime justifié par son dégout de l’amour charnel. On y trouve des passages du roman tardif. Ce texte sortant seulement en quelques publications présente une Thérèse chrétienne élevée chez les sœurs qui épouse un mari « plus ouvert et disponible que Bernard du roman ».
A la différence de ce texte où le motif du crime est présent, dans le roman domine la question du motif de l’empoisonnement. Nous traiterons cette question ultérieurement dans la partie suivante. Le roman est donc publié en 1927, d’abord en 1926 dans La Revue de Paris, puis chez Grasset. A sa parution, il obtient un grand succès, surtout populaire. Mauriac montre alors son excellente maîtrise de romancier et aussi la limite de son « éloignement du christianisme ». Les critiques de l’ouvrage se séparent en deux groupes ; l’un, la critique chrétienne reprochant à Mauriac la perte de la maîtrise sur ses personnages, l’autre chantant l’art de Mauriac et présentant Thérèse Desqueroux comme chef-d’œuvre. 

« Au fond, je n’aime aucun de mes livres (sauf) Thérèse Desqueroux. Je l’ai quittée au bord d’un trottoir, un soir ; il pleuvait et depuis je la sens vivre à côté de moi … » 

La preuve que Thérèse a complétement influencé notre auteur et ne l’a pas quitté même aprés la parution du livre pourrait être le fait qu’il cherchait toujours la paix pour elle. En 1930, Thérèse réapparait dans Ce qui était perdu et en 1933, dans deux nouvelles : Thérèse chez le docteur où elle cherche un secours de ses misères chez le psychiatre et Thérèse à l’hôtel où en séduisant un jeune homme de vingt ans elle exprime son soif d’être aimée. Ces deux nouvelles ont été publiées en 1938 dans le recueil Plongées.
Insatisfait, il publie en 1935 le roman La fin de la nuit. L’histoire de Thérèse quinze ans après la tentative de l’empoisonnement de son mari Bernard, rentre dans la relation amoureuse de sa fille Marie et « empoisonne » leur bonheur. Enfin, elle retrouve sa paix : « J’attends la fin de la vie … Oui, mon enfant : la fin de la vie, la fin de la nuit. »
Au moment de la publication, l’auteur écrit le préface du roman : « Je n’ai pas voulu donner dans La fin de la nuit une suite à Thérèse Desqueroux, mais le portrait d’une femme à son déclin, que j’avais peinte déjà du temps de sa jeunesse criminelle. Il n’est aucunement nécessaire d’avoir connu la première Thérèse à celle dont je raconte ici le dernier amour. Depuis dix ans que, fatiguée de vivre en moi, je désirais que cette mort fût chrétienne … »
En effet, nous avons l’impression que Mauriac n’a pas parvenu à donner à sa héroïne une mort chrétienne car elle meurt toujours plongée dans sa contradiction et son ambiguïté si proche de tous les êtres humaines.
Quatre ans après la parution, en février 1939, dans la N.R.F., dans l‘article François Mauriac et la liberté, le roman relève une forte critique de la part d’un jeune philosophe, Jean-Paul Sartre, d‘une génération postérieure de celle de notre écrivain qui mène ses reproches « au nom d’un principe : celui de la liberté des créatures romanesques : «… les auteurs chrétiens sont le mieux disposés à écrire des romans : l’homme de la religion est libre », « Nous retrouverons ici le vieux conflit théologique de l’omniscence divine et de la liberté humaine », « Le lecteur de roman ne veut pas être Dieu : … », « La Fin de la nuit n’est pas un roman. », M. Mauriac s’est préféré. Mais un roman est écrit par un homme pour des hommes … Dieu n’est pas un artiste ; M. Mauriac non plus. » et d’une technique » : « … il figure un point de vue sur le point de vue privilégié et réalise pour le lecteur ce vœu cher aux amants : être à la fois soi-même et un autre que soi. Le même mot a donc deux fonctions opposées : 'elle-sujet' ou 'elle-objet' ».
Nous pouvons nous demander si cette critique de la part de Sartre a été pertinente. D’abord, pourquoi arrive-t-elle retardée de quatre ans, et envers un écrivain aussi émerite qui en 1939, a déjà publié deux recueils de poèmes, dix-sept romans, plusieurs nouvelles et une piéce de théâtre. La stratégie a été bien reglée au moment du courant grandissant de l’Existentialisme qui dénie l’existence de Dieu.
Les autres essaies de la réanimation littéraire de Thérese n’ont pas remarqué si grand succèc.
3. 3. Le film

En 1962, Thérèse réapparait encore une fois. Le réalisateur Georges Franju a laissé revivre l’histoire de Thérèse Desquyeroux dans le film du même nom avec Emmanuelle Riva comme Thérèse et Philippe Noiret comme Bernard. François Mauriac ainsi que son fils Claude ont participé à l’écriture du scénario.












Thérèse Desqueroux (1962)


Le film a obtenu le grand succès en 1962 et l’interprète de Thérèse a obtenu le Prix d’interprétation féminine à Vénise.  La critique a appelé le film « une fidèle photographie » du livre, « fidèle, honnête, simple ... capable de rester dans le mémoires »,  « Franju a su parfaitement illustrer le roman de Mauriac ».
Mauriac a ajouté à propos du film : « Je crois qu’une œuvre littéraire n’a rien à gagner ni rien à perdre en devenant un film. »,  « J’ai beaucoup d’admiration pour ce film, mais là je ne me sens pas complètement exprimé. Bien que Thérèse Desqueyroux ne soit pas un livre chrétien, c’est un livre de chrétien ; il y a une certaine dimension spirituelle qui se manifeste dans les paroles de Thérèse que Franju a coupées. »

Enfin, ici, après la sortie du film, nous pouvons constater un éloignement de ces « êtres », de l’auteur et son personnage : « Thérèse Desqueyroux ? Depuis quarante ans, elle s’éloigne de moi ... Je n’ai jamais relu le livre, même pour le film qu’on tourne aujourd’hui. C’est un personnage qui m’échappe ... »

Il semblerait que le chemin littéraire commun de Thérèse et de Mauriac se finisse ici mais nous devons dire que tout cela relève toujours notre intérêt, et leur chemin comme cela n’a pas de fin. Ce personnage et cette histoire mystérieuse d’un crime inaccompli nous attire et sans cesse, par notre lecture, nous les faisons revivre ...





























4. L’enquête sur les origines d’un crime imparfait

Dans ce roman d’analyse psychologique, un des aspects les plus marquants est l’aliénation de l’héroïne, Thérèse, au milieu dans lequel elle se trouve. Thérèse Desqueyroux, seul et unique roman éponyme de Mauriac est l’étude d’une jeune femme souffrant d’incompréhension de la part de son mari, au point de tenter de l’empoisonner à cause du décalage entre ses propres valeurs et celles de son entourage et de son milieu.
Ce décalage pénètre tout le roman et en devient un thème central. Mauriac a choisi d’utiliser un narrateur omniscient (critique de Jean-Paul Sartre) par lequel plusieurs points de vue nous sont proposés. Ces points relève l’écart qui existe entre la façon dont Thérèse apparaît à ceux qui font partie du monde extérieur, ceux qui l’entourent, et la façon dont elle se voit elle-même à travers ses souvenirs, ses pensées et ses gestes.
En employant ces différentes perspectives présentées par Mauriac, nous allons explorer de manière plus claire le caractère de ce décalage. Nous allons commencer par quelques observations sur le monde éxtérieur, c’est-à-dire sur les milieux géographique, social et familial au sein duquel Thérèse évolue. Nous étudierons la perception de Thérèse des autres personnages du roman, mais aussi la perception qu’elle a d’elle-même. En essayant de montrer les thèmes essentiels du roman, nous considérerons finalement les conséquences de ce décalage qui déclanche non seulement sa tentative d’empoisonnement sur son mari Bernard, mais aussi le désengagement total de la part de Thérèse sur la vie conjugale et familiale.







4.1. Le rôle du pays, de la société et de la famille

L’histoire du roman Thérèse Desqueyroux se déroule dans la région des Landes. Elle commence par la sortie de l’héroïne du Palais de justice de B., « une petite ville » où Jérôme Larroque, son père, est « le maire et le conseiller général », elle se poursuit par son voyage vers Argelouse, « une extrémité de la terre ; un de ces lieux au delà desquels il est impossible d’avancer … quelques métaires, sans église ni mairie, ni cimetière, disséminées autour d’un champ de siegle, à dix kilomètres du bourg de Saint-Clair auquel les relie une seule route défoncée. Ce chemin plein d’ornières et de trous se mue, au delà d’Argelouse, en sentiers sablonneux ; et jusqu’à l’Océan il n’y a plus rien que quatre-vingts kilomètres de marécages, de lagunes, de pins grêles … ». L’isolement de ce « quartier perdu »,  et de « cette maison perdue » où « régnera ce silence solennel » se revèle davantage : « plus d’une heure de voiture jusqu’à la gare de Nizan ; puis ce petit train qui s’arrête indéfiniment à chaque gare. De Saint-Clair … dix kilomètres à parcourir en carriole (telle est la route qu’aucune auto n’oserait s’engager la nuit) » jusqu’à Argelouse.
Ces images du paysage bien développées par François Mauriac montrent indéniablement l’importance du milieu géographique. Ce bout du monde représente pour l‘héroïne une sorte de prison. Après son mariage, elle est léguée à vivre ici et ce grand changement peut incarner une expérience traumatique. L’isolation terrienne sans vie sociale se reflète aussi dans la sensation de Thérèse. Elle se sent « condamnée à la solitude éternelle ».
Cette sollitude semble encore plus démonstratif quand il s’agit d’entrer et de vivre dans claustration sociale et familiale. « La mesquine société bourgeoise » fournisse également une vue plus renseignée sur Thérèse et sur les difficultés qu’elle affronte. La famille au sein de laquelle cette jeune femme se trouve après son mariage avec Bernard est la représentation examplaire « d’une société bien définie : la bourgeoisie landaise et provinciale ».
Ce qui se compte dans cette petite société, c‘est la terre, la famille et l’apparance publique de celle-là. On parle de la terre dans Thérèse Desquerouyx en tant qu’ « une valeur absolue ». C’est en effet une des caractéristiques les plus évidentes de cet univers : « ce principe essentiel : la propriété est l’unique bien de ce monde et rien ne vaut de vivre que de posséder la terre ». Bernard, ainsi que sa demi-sœur Anne de la Trave choisissent leurs époux pour leur posséssion de pins et même Thérèse, issue de la région mais refusant la plupart des valeurs bourgeoises a « la propriété dans le sang » et reconnaît que « les deux mille hectares de Bernard ne l’avaient pas laissée indifférente ». En effet, dans l’esprit de toute la communauté le mariage est uni avec la terre : « tout le pays les mariait parce que leurs propriétés semblaient faites pour se confondre et le sage garçon était, sur ce point, d’accord avec tout le pays ».
La famille est également une préoccupation fondementale de ce milieu bourgeois et provincial. « Cellule de base de cette société, organisée, hierarchisée »,  elle se voit traitée comme une sorte d’institution sacrée, observée et défendue, surtout par Bernard qui s’est mis à assurer sa nouvelle femme à propos de son importance et de son propre poids : « … Thérèse, permets-moi de te le dire ; même en plaisantant et pour me faire grimper, tu ne dois pas toucher à la famille ». De même, pour Bernard qui se présente comme chef et porte-parole principal de la famille, la famille compte seule, un fait dont Thérèse est prétentieusement consciente : « … ce Bernard … L’esprit de la famille l’inspire, le sauve de toute hésitation. Il sait toujours, en toute circonstance, ce qui’il convient de faire dans l’intérêt de la famille». En même temps, l’intérêt de la famille implique la continuité des valleurs traditionelles en ce qui concerne le rôle des femmes. Thérèse donc ne se trouve appréciée que par rapport aux services faits pour le bien de la famille en tant que femme et mère : « les La Trave vénéraient en moi un vase sacré ; le réceptable de leur progéniture…» « Je perdais le sentiment de mon existence individuelle. Je n’étais pas le sarment ; aux yeux de la famille, le fruit attaché à mes entrailles comptait seul ». Tout cela à tel point que son statut d’individu est non seulement sévèrement limité mais aussi presque entièrement refoulé.
En mentionnant la terre et la famille, il est nécéssaire de préciser certaines choses sur l’importance de l’image sociale dans le société bourgeoise landaise. Effectivement, la vie au cœur de ce milieu bourgeois est un devoir quotidien de sauvegarde des apparances. Il s’agit d’une petite communauté fermée et isolée où tout le monde connaît tout le monde et où la seule façon de défendre la famille est garder sa place dans l’ordre est de surveiller soigneusement son image face aux autres, même au prix d’une sorte de « déguisement ». Les mariages avantageux reposent sur le fait de convaincre d’autres familles. Le mariage de raison est également profitable pour elles. Le choix du mari ou de la femme est ainsi une préoccupation perpétuelle de toute la famille, d’où la participation du père de Thérèse et de la mère de Bernard dans leur mariage, de la famille entière dans le choix du mari d’Anne et de la famille du fils Deguilhem dans le choix de sa femme. Tout cela comporte, non seulement la promotion des images positives par rapport à la famille, mais aussi la suppression totale des images négatives. (« Le Deguilhem ne sont pas de leur monde : le grand père était berger... Oui, mais ils ont les plus beaux pins du pays. ») Une « vaste entreprise de camouflage » crée une ambiance qui fait naître le silence, l’étouffement du scandale et de n’importe quel autre élément contraire à l’ordre accepté.








4.2. Thérèse et sa perception des autres

C’est justement le milieu influencé décrit dans le paragraphe précédent qui a généré ceux qui prononcent leurs jugements sur le personnage de Thérèse. Avant de considérer quelques uns de ces critiques, cependant, il est d’abord nécéssaire de dire quelques mots sur la présentation physique de l’héroïne (la description psychique est subordonné à la description psychique) car bien que les détails sur ce point ne soient pas nombreux, nous trouvons toutefois quelques éléments répétitifs renforçant certains traits du caractère de Thérèse. La correspondance entre l’état du corps et celui de l’esprit ou de l’âme est d’ailleurs très forte. Ainsi l’adjectif blême, par exemple, utilisé en rapport avec cette femme protagoniste : « ce visage blême qui n’exprimait rien»,  donne plusieurs impressions : premièrement, Thérèse est un être à la fois psychiquement et psychologiquement fragile et deuxièmement, elle souffre d’être gardée à l’intérieur, enfermée, refoulée : « Elle avait vécu jusqu’à ce soir d’être traqué, … »
La conception de la petite taille physique (« petite figure ») de Thérèse résulte le soulignement non seulement de son statut de victime, mais aussi de son isolement et de sa solitude. Au sein d’une société, obsédée par l’image et la représentation sociale, nous ne pourrions pas nous défendre de trouver des remarques sur l’aspect physique de Thérèse : « mais on se demande pas si elle est jolie ou laide, on subit son charme »,  « qui sans doute n’est pas régulièrement jolie mais qui est le charme même ».  Toutefois, son apparence physique change au cours du roman, surtout pendant et après le procès : « Elle ne se ressemblait pas, c’était une autre personne. Les gens virent seulement qu’elle était différente de son apparence habituelle, ils incriminèrent la toilette blanche, la chaleur ; ils ne reconnurent pas son vrai visage ».
L’autre problème qui se pose à cette société quant à la perception de Thérèse pourrait être son émancipation. Elle est une femme éduquée qui faisait ses études au lycée : « lycéenne raisonneuse et moqueuse»  et ayant reçu une éducation paternelle (l’absence de mère) et laïque au contraire des habitudes de la famille de son mari. Thérèse dispose sans doute d’un esprit cultivé et critique qui dépasse celui de son mari en ce qui concerne l’intelligence : « Car un mari doit être plus instruit que sa femme ; et déjà l’intelligence de Thérèse était fameuse ; un esprit fort, sans doute ... ». Aussi son habitude de fumer en tant que femme était inhabituelle et ne s’articule pas avec les mœurs d’Argelouse.
Il y a aussi des preuves qu’il existait des doutes de la famille de Bernard envers Thérèse. Comme par exemple avant le mariage, Madame de La Trave prévient son fils : « elle n’a pas nos principes », « ne joue pas avec elle », « elle se ronge » ;  Bernard lui-même « n’avait montré aucune hâte ». Et pourtant, pendant leurs fiançailles, Bernard n’est plus si indifférent : « il l’avait interrogée tendrement ... Il avait émis le vœu qu’elle devînt plus simple ... ».
Dans les yeux des autres gens de la communauté, Thérèse est devenue « la jeune bourgeoise mariée dont chacun louait la sagesse ». Même son indifférence inhabituelle envers sa fille est pardonnée au début : « Bien sûr, il ne faut pas lui demander de surveiller son bain ou de changer ses couches : ce n’est pas dans ses cordes mais je l’ai vue demeurer des soirées entières, assise auprès du berceau... » La seule personne ayant des sentiments négatifs envers Thérèse à cette époque est Anne.
Évidemment, tout cela change après la tentative d’empoisonnement, le procès qui suit et le non-lieu obtenu pour le bien des deux familles. Thérèse représente, aux yeux de Bernard, « un monstre » et une « femme terrible » qui a voulu le tuer « à cause des pins... », à cause de son amour de la propriété qu’elle aurait pu hérité. Pour Anne, elle est tout simplement « une malade ». Aussi la mère de Bernard le prévient : « Ne me demande pas de l’embrasser... Ce sera déjà pour moi bien assez terrible de toucher sa main. Tu vois : Dieu sait que c’est épouvantable ce qu’elle a fait ; eh, bien, ce n’est pas ce qui me révolte le plus. On savait déjà qu’il y avait des gens capables d’assassiner ... mais son hypocrisie !». Le reste de la communauté inconscient de la tentative d’empoisonnement, mais néanmoins dans le même état d’esprit, se méfie de Thérèse parce que le masque est tombé : « Les gens se disent les uns aux autres : ' Vous avez vu ? Elle ne fait même pas semblant de pleurer !' ».
Nous pouvons trouver dans le roman quelques éléments fixes de la perception de Thérèse venant de l’extérieur : « ... pas régulièrement jolie mais qui est le charme même. »,  « L’intelligence de Thérèse était fameuse » et elle est compliquée, pour Bernard surtout : « Il la reconnaissait bien là ; elle compliquait toujours tout » et « elle l’assommait avec ses paradoxes ». Et dès l’époque de ses années d’école, elle semble avoir un côté indifférent : « au lycée elle avait paru vivre indifférente ... » ;  plus tard, elle n’arrive pas à former un lien affectif avec sa fille et au milieu des peurs d’un incendie de forêt, elle est « indifférente ... désintéressée ».
La seule personne qui voit Thérèse différemment est Jean Azévédo, un jeune homme intellectuel juif qui au début semablait vouloir épouser Anne de La Trave. La famille d’Anne préférait enfin le fils Deguilhelm et aussi Jean avoue à Thérèse qu’il n’a jamais eu l’intention de le faire. Ce Jean représente pour Thérèse un être d’ailleurs, une réanimation de l’ordre installé justement car il ne fait pas partie du même monde. Il la rencontre plusieurs fois et pour lui elle paraît immédiatement comme une femme qui n’appartient pas non plus à ce monde : « Je vous connais de réputation ; je sais qu’on peut vous dire ces choses et que vous ne ressemblez pas aux gens d’ici ». Il voit une femme d’une valeur véritable et invariable, quelqu’un qui n’est pas adapté à cette société close et hypocrite dont elle fait toutefois une partie : « Je sens dans toutes vos paroles une faim et une soif de sincérité ... ».
Cette rencontre semble trouvet pour Thérèse une âme sœur qui pourrait la libérer mais au contraire, elle déclenche sa propre déstruction.




4.3. Thérèse : sa perception d’elle-même

Nous pourrions constater que Thérèse comme personnage doué d’un esprit lucide nous est révélée à partir de sa première rencontre avec Jean Azévédo : « Ce fut surtout après le départ d’Azévédo que je l’ai connu, ce silence. Tant que je savais qu’au jour Jean de nouveau m’apparaîtrait, sa présence rendait inoffensives les ténèbres extérieures ; son sommeil proche peuplait les landes la nuit. Dès qu’il ne fut plus à Argelouse, après cette rencontre dernière où il me donna rendez-vous dans un an, plein d’espoir, me disait-il qu’à cette époque je saurais me délivrer .... Jusqu’à mes couches, en janvier, rien n’arriva... » C’était donc un moment important dans l’histoire. Son mécontentement grandit et elle reconnait très bien sa situation sans issue: « Ce fut au lendemain de ses couches qu’elle commença vraiment de ne pouvoir plus supporter la vie. Rien n’en paraissait à l’extérieur ; aucune scène entre elle et Bernard ; et elle montrait plus de déférence envers ses beaux-parents que ne faisait son mari lui-même. C’était là le tragique : qu’il n’y eût pas une raison de rupture ; l’événement était impossible à prévoir qui aurait empêché les choses d’aller leur train jusqu’à la mort. »
Après la tentative d’empoisonnement, elle analyse très profondément et chronologiquement ses souvenirs pour trouver les origines de son acte. Il s’agît plutôt d’un rassemblement d'impressions et d’observations mélangées et de l’alternance du passé et du présent qui peuvent parfois causer une confusion.
Au cours du roman, nous pouvons aussi constater que sa perception change selon les différentes périodes de sa vie. Différents chapitres de sa vie se révèlent : son enfance et son adolescence, ensuite ses fiançailles puis la période après le mariage et dernièrement tout ce qui suit la tentative d’empoisonnement. Pour la première période nous pouvons utiliser des substantifs comme la pureté et l’innocence. « Tout ce qui précède mon mariage prend dans mon souvenir cet aspect de pureté ; ... Pure, je l’étais : un ange, oui ! » Nous avons devant nous l’image d’une lycéenne louée par ses maîtresses adorant lire qui « dévorait du même appétit les romans de Paul Kock .... » Pour cela, elle était si différente de son amie de l’enfance et sa future belle-sœur Anne. Anne « haïssait la lecture, n’aimait que coudre, jacasser et rire » mais Thérèse était tellement heureuse avec elle. Et pourtant, pendant cette période de sa vie, elle aimait aussi ce lieu tant détesté plus tard, Argelouse : « ... la jeune fille eût le le goût de passer les vacances. Elle s’y installait dès juillet ... »
Après c’étaient les fiançailles qui arrivent. Dans sa « confession », Thérèse éclaircit les raisons pour avoir épousé Bernard. « Il y avait cette joie puérile de devenir, par ce mariage, la belle-sœur d’Anne » et « Les évaluations de propriétés la passionnaient. » Enfin, elle s’avoue aussi de son désir plus simple de prendre « son rang » et de trouver « sa place définitive ».« Jamais elle ne parut si raisonnable qu’à l’époque de ses fiançailles : elle s’incrustait dans un bloc familial ... elle entrait dans un ordre. » Déjà les raisons proposées ci-dessus, nous laissent entendre qu’elle n’aimait pas vraiment son mari et qu’elle ne l’avait pas épousé pour cela, même si il y a pourtant des moments où elle prouve une sorte de sentiments vers Bernard : « adolescent, il n’était point si laid », « beau garçon campagnard » qui montre « de la bonté, et aussi une justesse d’esprit, une grande bonne foi ... »
Dès le jour des noces, tout est différent. Ce « jour étouffant de noces » a apporté à Thérèse une grande déception, un traumatisme du mariage et de l’amour charnel que son corps innocent a dû subir. Elle a tout d’un coup le sentiment de se trouver sur une autre rive qu’Anne, d’être séparée de sa joie enfantine. Elle « jouait à ce jeu : ne pas se trahir. » Le mariage avec Bernard devenait un jeu de la duperie : « quel facile dupe », et même la relation avec Anne n’est plus comme avant, surtout après la lettre où Anne se confie de son amour pour Jean Azévédo. Thérèse devient jalouse : « elle connaît cette joie... et moi, alors ? et moi ? pourquoi pas moi ? ». ...J’ai pris une épingle, j’ai percé la photographie de ce garçon à l’endroit du cœur,-non pas furieusement, mais avec calme et comme s’il s’agissait d’un acte ordinaire. » La jalousie l’envahit complètement et elle réagit d’une mauvaise façon : « cette petite idiote, là-bas à Saint-Clair, qui croyait le bonheur possible, il fallait qu’elle sût, comme Thérèse, que le bonheur n’existe pas. Si elles ne possèdent rien d’autre en commun, qu’elles aient au moins cela : l’ennui, l’absence de toute tâche haute, de tout devoir supérieur, l’impossibilité de rien attendre que les basses habitudes quotidiennes, - un isolement sans consolations. » Ses phrases rendent bien la gravité de la situation et l’état de la psychique de Thérèse qui n’est pas capable de favoriser le bonheur d’Anne et donc Thérèse se met sur le côté de la famille et fait tout pour qu’Anne subisse le mariage avantageux avec le fils Deguilhem . « Elle l’entendait souffrir dans l’ombre ; mais sans aucune pitié. Pourquoi aurait-elle eu pitié ? »
Sa rencontre tardive avec Jean Azévédo et ensuite la naissance de sa fille Marie complique encore plus la situation : « ce fut au lendemain de ses couches qu’elle commença à ne pouvoir plus supporter la vie. » Évidemment, tout cela déclenche l’enchaînement de situations conduisant vers le crime. Thérèse « se sentait détachée de sa fille comme de tout le reste... Seul, dans ce néant, Bernard prenait une réalité affreuse : sa corpulence, sa voix du nez, et ce ton péremptoire, cette satisfaction. » Elle vit indifférente et désintéressée de tout ce qui se passe autour d’elle comme si elle rêvait sans dormir.
Après la tentative de l’empoisonnement, elle descend à elle-même pour chercher ses raisons et pour expliquer cet acte. Dans le train, elle prépare une sorte de confession pour son mari mais enfin, elle n’y arrive pas. « .. rien ne reste de cette confession préparée. Non : rien à dire pour sa défense ; pas même une raison à fournir. » Elle a peur de l’indifférence, elle attend « le seul geste possible, Bernard ne le fera pas. »
Elle vit enfermée dans sa chambre et pendant une fièvre, elle rêve d’une vie à Paris où elle deviendrait un être qui pourrait s’exprimer, expliquer son cœur,  et s’invente d’autres vies. Elle craint de retourner encore une fois en ce lieu, dans cette maison, dans cette chambre qui devenait une sorte de prison après son retour de non-lieu.
C’est aussi son indifférence envers sa fille Marie qui gêne toute la famille, tandis que Thérèse l’explique comme un processus de retrouvailles d’elle-même qui ne lui permet que de s’occuper d‘elle-même : « Comment lui expliquer ? Elle ne comprendrait pas que je suis remplie de moi-même, que je m’occupe tout entière. Anne, elle, n’attend que d’avoir des enfants pour s’anéantir en eux, comme a fait sa mère, comme font toutes les femmes de la famille. Moi, il faut toujours que je me retrouve ; je m’efforce de me rejoindre ».
Elle ne vit presque plus. Son existence s’est resserée à sa chambre dans la maison. Elle se débarasse de la vie autour d’elle, c’est une séquestration. Elle se rend compte que « rien ne peut arriver de pire que cette indifférence, que ce détachement total qui la sépare du monde et de son être même. » A travers de son rêve, elle vit dans son propre monde créé par ses besoins, ses tristesses et ses insatisfactions.
Dans la réalité d’Argelouse, elle entre avec un grand effort enfin exigé par Bernard pour le mariage d’Anne pour faire semblant que leur mariage fonctionne toujours. Puis, après la promesse de Bernard elle est amenée à Paris et elle est libérée. Pendant leur dernier dialogue, l’incompréhension et le désaccord totales entre ces deux êtres se montrent comme irréversibles.
La question de savoir si cela est la vraie liberté se pose immédiatement. Au début du roman, nous pouvons déjà trouver cette 'liberté' qui n’était pas accomplie car Thérèse libérée s’est enfin retouvée dans une sorte de prison dans la maison familiale. Maintenant, elle parait trouver sa vraie liberté. Nous avons quand même des doutes car nous sentons chez elle une peur d’être libre. Elle se retrouve toute seule dans une rue parisienne, « elle marcha au hasard » vers un destin inconnu.
Cette fin ouverte qui laisse Thérèse à la dérive fait référence aux sentiments de l’incompréhension, de l’inassouvissement et de l’insatisfaction qui accompagne notre héroïne tout le roman et en forme le fond du roman.











4.4. Thérèse et les autres : les causes d’un désaccord

Au cours du roman, nous remarquerons souvent les mots comme l’effacement ou l’anéantissement de l’individu à l’opposition de la lutte pour son moi. Nous pouvons charactériser notre héroïne Thérèse Desqueyroux comme une femme essayant de protéger son moi contre cet anéantissement de la société bourgeoise, de la famille et même du lieu. C’est une lutte de l’individu contre le groupe.
La base de ce désacord entre Thérèse et les autres porte sur le fait que cette société s’identifie avec les valeurs que Thérèse désavoue. Les caractéristiques de cette société sont la hiérarchie et l’ordre qui peut être dérangés par ceux qui ne s’identifie pas avec ses valeurs et par ce biais, il peuvent détruire l’ordre établi. Cet ordre est représenté surtout par la famille Desqueyroux/de la Trave. Et comme nous l’avons déjà mentionné, l’importance est mise sur l’apparance extérieure et sur la réputation de la famille aux yeux des autres habitants de la communauté même au prix de la suppression de la singularité de chaque individu ou la suppression de la vérité.
Au contraire de cette force de groupe se trouve Thérèse, une âme rêvant la vérité, l’autheticité et la liberté. L’intéressant est que ce désacord, ce conflit se déroule parfois dans l’esprit de Thérèse : « Rien n’en parraissait à l’extérieur ; aucune scène entre elle et Bernard ; elle ne montrait plus de déférence envers ses beaux- parents que ne le faisait son mari lui-même. C’était là le tragique ; qu’il n’y eût pas une raison de rupture…»
En effet, Thérèse est un être complexe et parfois contradictoire, son « moi est plein de conflits, plein de paradoxes. » Elle veut se séparer de la famille et en même temps elle n’y arrive pas : « Thérèse désire la liberté en même temps qu’elle l’a craint. » Ce peur l’accompagne souvent dans sa vie et peut expliquer sa complexité et les difficultés qu’elle affronte.
La première contradiction est son désir de trouver dans le mariage sa place définitive, d’entrer dans un ordre mais qui au final l’étouffe. Sa crainte de n’appartenir à rien la pousse, dans la période de ses fiançailles, à essayer de s’adapter à l’ordre de la famille et la communauté. Plus tard, même si elle commence à ressentir son déplaisir pour sa situation conjugale et familiale et son dégoût pour l’amour charnel, elle ne manifeste rien, « elle sourit, elle se remasqua ». Finalement, sa rencontre avec Jean Azévédo active définitivement son désintérêt montant sur la vie conjugale et familiale qui aboutit dans la tentative désespérée de se protéger ou bien de se sauver.
Alors, est-elle une criminelle ? Pouvons-nous l’excuser ou bien l’innocenter ? C’est difficile de trouver la réponse sur ces question. Thérèse est un mystère inexplicable et complexe. A l’aide de notre auteur, nous plongeons dans son âme pour y chercher la réponse. Nous arrivons finalement vers un constat que Thérese porte avec elle une grande partie de la culpabilité mais en même nous ne pouvons pas nous défendre d’essayer de lui comprendre et même de la disculper.
Enfin, en devenant les défenseurs de l’héroïne, nous pourrions dire, selon le mot de l’auteur, que Thérèse n’est pas un monstre ayant planifié avec sang-froid son acte. Elle est non seulement victime de l’incompréhension et de l’indifférence de son entourage, mais aussi de sa peur et sa 'paresse' de devenir un être indépendante et de sa difficulté d’exprimer et de définir ses désirs intérieurs. Sa tentative de se sauver l’amène finalement au chemin de la possibilité d’une vraie liberté dont elle a tant envie. Bien que nous laissions notre héroïne seule et anonyme sur une rue parisienne, espérant qu’elle surmonte ses craintes dévorantes, nous y sentons une chance pour elle comme l’auteur lui-même le précise: « Du moins, sur ce trottoir où je t’abandonne, j’ai l'espérance que tu n’est pas seule. »

















5. Les fiches pédagogiques

La littérature fait une partie importante de la culture française. De ce fait, elle souvent présent dans les courses du F.L.E. Nous pouvons traité un ouvrage littéraires de plusieurs côtés. Il peut nous servir non seulement pour l’étude de son histoire et de ses personnages mais aussi pou l’étude de la grammaire, de la stylistique, de l’orthographe ou du vocabulaire en tant que la langue même. L’étude de la culture française au travers de la littérature n’est pas en dernier lieu.
Par suite, nous avons préparé quelques exercices sur notre écrivain même et sur son ouvrage. Nous présentons ici différents types d’exercices traitant la grammaire, l’orthographe, l’analyse des passage du roman ou le travail avec les documents authentiques.
Comme le style de l’écriture de François Mauriac est très épuré et connu pour l’utilisation des longues phrases, des tournures anciennes ou régionales nos exercices sont destinées aux apprenant plus avancés.
Les exercice sont présentées sur les fiches d’apprenant. Le corrigé avec les consignes se trouvent sur les fiches d’enseignant.
















5.1. Fiche pédagogique n° 1

Titre : Sur les pas de François Mauriac

Fiche d’apprenant :
Exercice 1 : A l’office de tourisme
a)
Etudiez bien le circuit proposé.
Jeu de rôles : employé de l’office de tourisme de Bordeaux/touriste étranger
Le touriste voudrait connaître un des personnages célèbres de Bordeaux. Convaincez de visiter celui-ci de Mauriac.
Utilisez vos connaissances sur François Mauriac et les informations sur les dépliants.




















A découvrir :
Maison natale – 86 rue du Pas St Georges
Buste (Zadkine) au Jardin Public
Maison familiale – 9 rue Margot






b) Etudiez bien les informations de la maison d’écrivain à Malagar et convaincez le groupe des touristes de la visiter.















































c)
Proposez une visite organisée pour 4 touristes dont un est enfant de moins de 10 ans et un étudiant du lycée. Calculez le prix.
Ce groupe voudrait visiter la maison le 22 juin. Ces gens veulent prendre le train. Le départ de Bordeaux est prévu à 10 heures du matin.













































Fiche d’enseignant :
Matière : A l’Office de tourisme
Objectif(s) : travail avec des documents authentiques (dépliants), compréhension écrite, expression orale, initiation de la connaissance Mauriacienne
Niveau : B2, C1
Supports : des prospectus de l’Office de tourisme de Bordeaux, de la Maison de l’écrivain à Malagar
Durée : 90 min
Disposition en classe : travail individuel et en couple
Démarches pédagogiques :
Phase de préparation avant de commencer à travailler (présenter le sujet, motiver, montrer les photos de Bordeaux et de Malagar)

Exercice 1 :
regarder, lire et décrire (oralement ou par écrit), mettre en commun devant la classe, corriger
regarder, lire et décrire (oralement ou par écrit), mettre en commun devant la classe, corriger
regarder, lire et préparer (oralement ou par écrit)

Corrigé :
a)
Office de Tourisme : 1
Touriste : 2
1 Bonjour Monsieur/Madame est-ce que je pourrais vous aider ?
2 Bonjour. Oui, je voudrais bien connaître des personnages célèbres nés à Bordeaux.
1 On est jeudi aujourd’hui. Très bien. Je pourrais vous proposer un circuit guidé sur les pas de François Mauriac, écrivain français qui a obtenu le Prix Nobel de littérature.
2 Ah, c’est intéressant. Je ne le connais pas.
1 Alors, c ‘est une occasion. C’est un écrivain qui est né à Bordeaux 1885 et vous allez avoir la possibilité de découvrir sa maison natale et familiale, les différentes lieux qu’il a aimé et aussi voir son buste dans la Jardin Public.
1 Voudriez vous que je vous inscrive ?
2 Oui, bien sûr.
1 C’est fait. Le rendez-vous est à 14h30 à l’entrée du Musée d’Aquitaine. Voici le plan de la ville.
2 Merci beaucoup.
1 Merci à vous. Au revoir, bonne visite.
2 Merci. Au revoir.
b)
Vous avez déjà visité Malagar ? C’est la maison de l’écrivain François Mauriac situé pas loin de Bordeaux au cœur de la région viticole et la forêt landaise. Là-bas, vous pouvez voir non seulement la visite guidée de la maison, l’exposition des photos et des documents consacrée à ce grand écrivain français et journaliste engagé obtenant le Prix Nobel mais aussi sentir la grande ambiance de son œuvre. En outre, vous pouvez visité le jardin et la vigne qui entourent la maison.

c)
Départ : Gare Saint Jean de Bordeaux à 10:38
Date : le 22 juin
Arrivée : Langon à 10:58
Deux personnes – 11 euros
Enfant moins de 12 ans – gratuit
Jeune moins de 26 ans – 4 euros
Prix final : 15 euros



















5.2. Fiche pédagogique n° 2

Titre : Sur les pas de Thérèse Desqueyroux

Fiche d’apprenant :

Exercice 1 :

D‘après votre lecture du roman, trouvez les lieux géographiques avec les courts passages où le roman se déroule (Lisez attentivement les notes et constatez si les noms dans le roman correspondent avec les noms réels).

Présentez les résultats de votre recherche devant la classe.

Corrigez ensemble et faites une liste de ces lieux.

Lisez les passages du roman.

Trouvez ces lieux sur la carte de la Gironde ou créez la carte avec l’aide du moteur de recherche google.fr /maps













Fiche d’enseignant :
Matière : Sur les pas de Thérèse Desqueyroux
Objectif(s) : travail avec le roman, recherche dans le roman, compréhension écrite, expression orale
Niveau : B2, C1
Supports : roman Thérèse Desqueyroux : MAURIAC, F. Thérèse Desqueyroux. Paris : Grasset, 1927, carte de la Gironde, www.google.fr
Durée : 45 min
Disposition en classe : travail en groupes
Démarches pédagogiques :
Phase de préparation avant de commencer à travailler (présenter le sujet, motiver)
Exercice 1 :
a), b), c)
Bazas (dans le roman B.) – p.40, 50 – Le roman commence par la sortie de Thérèse du Palais de Justice de B., en carriole, jusqu’à la gare du Nizan
Ensuite, Thérèse dans le train suit un chemin par ses souvenirs. Dans le roman, il s’agît d’un chemin de fer entre le Nizan et Saint-Symphorien (Saint-Clair).
Nizan – p. 35
Uzeste – p. 38
Villandraut – p. 73
Saint Symphorien (dans le roman Saint-Clair) – p. 31, 39, 50
Jouanhau (hameau du canton de Sore, dans le roman Argelouse) – p. 29, 37































Google maps France : http://maps.google.fr/maps?hl=fr&tab=wl
















Thérèse Desqueyroux de François Mauric :
http://www.erin.utoronto.ca/~w3fre240/therese/projet/therese-map1.html









5.3. Fiche pédagogique n°3

Titre : L’évocation de l’histoire – L’industrie foréstière

Fiche d’apprenant :

Lisez attentivement le court passage du roman Thérèse Desqueyroux :

« Dans ma propriété de Balisac, les résiniers ne sont pas vaillants comme ici : quatre ammasses de gemme; lorsque les paysans d’Argelouse en font sept ou huit.
- Au prix où est la gemme, faut-il qu’ils soient fainéants !
- Savez-vous qu’une résinier, aujourd’hui se fait des journées de cent francs… Mais je
crois que nous fatiguons Mme Desqueyroux… » (p. 135)

Pouvez-vous expliquer de quoi il s’agit dans ce passage?

Lisez encore une fois le texte, ensuite, avec l’aide d’une dictionnaire unilangue, trouvez les définitions des mots soulignés.

Les thèmes concernant la fôret et les pins sont souvent présents dans notre roman. Allons donc découvrir cet aspect important de la civilisation landaise :

LE GEMMAGE

Certains arbres de la forêt des Landes portaient une blessure qui allait du pied jusqu'à 2,50 m de hauteur. Cette opération s'appelle le gemmage. On désigne la blessure sous le nom de "care". Autrefois le gemmage avait lieu pendant la plus grande partie de la vie du peuplement. Les arbres étaient gemmés dès que la circonférence (obvod) atteignait environ  1 mètre à 1,30 mètre du sol. Cette pratique a disparu en 1990 du fait de la concurrence et le développement de l’industrie chimique.
Le gemmage se pratique de la façon suivante : au cours du mois de février, le pin est préparé. L'ouvrier résinier pratique un écorçage (oloupání) superficiel. Un pot de terre vernissé, où l'on récoltera le gemme et qui est retenu conte l'arbre par une pointe et une collerette de zinc appelée crampon, et posée au pied de l'arbre. A partir du mois de mars, l'ouvrier résinier passe tous les dix à douze jours auprès de chaque arbre. Il vient ici procéder à une pique avec une grille à fer carré, il enlève ce qui reste d'écorce. Un arbre peut donner par an un peu plus de deux litres de gemme ou résine. La résine est distillée et les produits que l'on obtient sont parmi les plus connus, l'essence de térébenthine (terpentýnová silice), les colophanes (kalafuny) qui sont utilisées notamment en savonnerie et les brais (~ivice) utilisés dans les colles de papeteries, elles mêmes incorporées dans les goudrons (dehet), bitumes (asfalt) et émulsions.
(http://www.parentis.com/fr/Visites/gemmage/gemmage.htm)










Le récolte du résine La blessure – la care

D’après la lecture de l’article, dites si c’est vrai ou faux.
La technique de la récolte du résine s’appelle le gemmage. V x F
Cette technique est toujours utilisée en France. V x F
Le récolte est faite industriellement. V x F
Le résine est utilisé pour la production des parfums. V x F








Fiche d’enseignant :
Objectif(s) : lire en français, discuter et découvrir la culture française
Niveau (âge) : B2
Supports : fiche préparée par l’enseignant
Durée : 45 min
Disposition en classe : travail en groupe, travail individuel
Démarches pédagogiques :
Phase de sensibilisation avant de commencer à travailler (présenter le sujet et sa problématique)
Exercice 1 : lecture individuelle, ensuite commune
Exercice 2 : interrogation sur le sujet du texte de la part de l’enseignant, discussion, formation des hypothèses
Exercice 3 : travail en couple avec les dictionnaires, présentation des résultats de la recherche devant la classe
Exercice 4 : lecture de la texte qui est précédée par la présentation des mots inconnus
Exercice 5 : essayer individuellement trouver la réponse, mettre en commun, correction

Corrigé :
Exercice 3 :
Résine – substance visqueuse que secrètent certaines espèces végétales
Résinier – professionnel qui récolte la résine qui s’écoule des pins
Gemme – la résine d’un pin

Exercice 5 :
1/V, 2/F, 3/F, 4/F












5.4. Fiche pédagogique n° 4

Titre : L’utilisation du passé dans le roman Thérèse Desqueyroux – Passé simple, Imparfait de l’indicatif, Imparfait du subjonctif

Fiche d’apprenant :

Exercice 1 : Passé simple
Metez les infintifs au passé simple.

« Elle se rappelle qu’à la sacristie, comme elle se penchait pour baiser ce petit visage hilare levé vers le sien, elle perçevoir soudain ce néant autour de quoi elle avait créé un univers de douleurs vagues et de vagues joies ; elle découvrir, l’espace de quelques secondes, une disproportion infinie entre ces forces obscures de son cœur et la gentille figure barbouillée de poudre.
Longtemps après ce jour, à Saint-Clair et à B., les gens ne s’entretenir jamais de ces noces de Gamache sans rappeler que l’épouse, 'qui sans doute n’est pas régulièrement jolie mais qui est le charme même', paraître à tous, ce jour-là, laide et même affreuse : 'Elle ne se resemblait pas, c’était une autre personne…' Les gens voir seulement qu’elle était différente de son apparance habituelle ; ils incriminer la toilette blanche, la chaleur ; ils ne reconnaître pas son vrai visage. » (p. 49-50)

Exercice 2 : Etudiez l’utilisation de l’imparfait et du passé simple dans ce passage
a) Réécrivez au passé le texte suivant et vous allez obtenir le texte de l’auteur :

« Bernard et Thérèse rentrent le soir à Argelouse dans la maison à peu près inhabitée depuis des années. Les chéminées fument, les fenêtres ferment mal, et le vent passe sous les portes que les rats ont rongées. Mais l’automne est si beau, cette année, que d’abord Thérèse ne souffre pas de ces incommodités. La chasse retient Bernard jusqu’au soir. A peine rentré, il s’installe à la cuisine, dîne avec les Balion : Thérèse entende le bruit des fourchettes, les voix monotones… Bernard laisse sans réponse la demande qu’elle lui fait de transmettre une commande à son libraire de Bordeaux ; il permet seulement à Thérèse de renouveler sa provision de cigarettes. » (p. 119)

b) Justfiez vos réponses.

Exercice 3 : L’imparfait du subjonctif

Remplacez le présent du subjonctif par son imparfait.

Vous allez vous sentir bien seul : sans être là, j’occupe une place ; mieux vaudrait que je sois morte.
Au vrai, il était plus fin que la plupart des garçons que j’aie pu épouser.
Mais un ange plein de passions. Quoi que prétendent mes maîtresses, je souffrais, je faisais souffrir.
Pourtant Mme de la Trave supportait mal chez Thérèse, cette affectation de ne pouvoir souffrir que les gens fassent des cris sur sa ressemblance avec la petite Marie.




















Fiche d’enseignant :
Objectif(s) : conjugaison des verbes au passé, les temps passé utilisés dans la langue écrit
Niveau (âge) : B2, C1
Supports : fiche préparée par l’enseignant
Durée : 45 min
Disposition en classe : travail individuel, correction commune
Démarches pédagogiques :
Phase de sensibilisation avant de commencer à travailler (présenter le sujet et sa problématique)
Exercice 1, 2, 3 : travail individuel, correction – mise en commun du corrigé des exercices

Corigé :
Exercice 1 : perçut, découvrit, s’entretinrent, parut, virent, incriminèrent, reconnurent
Exercice 2 :
« Bernard et Thérèse rentrèrent le soir à Argelouse dans la maison Desqueyroux à peu près inhabitée depuis des années. Les cheminées fumaient, les fenêtres fermaient mal, et le vent passait sous les portes que les rats avaient rongées. Mais l’automne fut si beau, cette année-là, que d’abord Thérèse ne souffrit pas de ces incommodités. La chasse retenait Bernard jusqu’au soir. A peine rentré, il s’installait à la cuisine, dînait avec les Balion : Thérèse entendait le bruit des fourchettes, les voix monotones… Bernard laissa sans réponse la demande qu’elle lui fit de transmettre une commande à son libraire de Bordeaux ; il permit seulement à Thérèse de renouveler sa provision de cigarettes. » (p. 119)
Exercice 3 :
que je fusse morte
que j’eusse pu épouser
quoi que prétendissent
que les gens fissent





5.5. Fiche pédagogique n° 5

Titre : Dictée – Thérèse Desqueyroux

Fiche d’apprenant :

Exercice 1 :

La première écoute : Ecoutez bien l’enregistrement du texte de la dictée.

La deuxième écoute : Ecrivez la dictée, en écoutant chaque étape.


Relisez bien et soulignez les mots dont l’orthographe est d’après vous incorrect.

Echangez vos dictées avec quelq’un d’autre dans la classe et essayez de corriger son dictée.

Rendez vos dictée à l’enseignant.

Regardez le corrigée du texte et écrivez la correction des fautes dans vos cahiers.













Fiche d’enseignant :

Objectif(s) : la reconnaissance du texte connu du roman, tester les connaissances grammaticales, orthographiques et culturelles
Niveau (âge) : B2, C1
Supports : enregistrement du texte sur l’internet
Dictées en ligne sonores : Dictée n° 90 : Thérèse Desqueyroux, François Mauriac –
 HYPERLINK "http://la" http://la dictee.fr
Durée : 45 min
Disposition en classe : travail individuel, autocorrection, correction en couple
Démarches pédagogiques :
Phase de sensibilisation avant de commencer à travailler (présenter le sujet et sa problématique)

Exercice 1 :
Faites écouter l’enregistrement
Divisez l’enregistrement en 5 étapes et faites écouter deuxième fois.
Laissez aux aprenants un peu de temps pour la correction.
Organisez l’échange des dictées.
Prenez les dictées.
Distribuez le corrigée.

Corrigée :
Il avait l’air pressé, affairé, sérieux ; il était méthodique. « Vous croyez vraiment que cela est sage » risquait parfois Thérèse, stupéfaite. Il riait, il la rassurait. Où avait-il appris à classer tout ce qu’il touche à la chair, à distinguer les caresses de l’honnête homme de celles de sadique ?
Jamais une hésitation. Un soir, à Paris, sur le chemin du retour, ils s’arrêtèrent. Bernard quitta ostensiblement un music-hall dont le spectacle l’avait choqué : « dire que les étrangers voient ça ! Quelle honte ! Est c’est là-dessus qu’on nous juge... »
Thérèse admirait que cet homme pudique fût le même dont il lui faudrait subir, dans moins d’une heure, les patientes inventions de l’ombre.
« Pauvre Bernard – pas pire qu’un autre ! Mais le désir transforme l’être qui approche en un monstre qui ne nous sépare plus de notre complice que son délire : j’ai toujours vu Bernard s’enfoncer dans le plaisir – et moi, je faisais la morte comme si ce fou, cet épileptique, au moindre geste eût risqué de m’étrangler. »
Le plus souvent, au bord de sa dernière joie, il découvrait soudain sa solitude ; le morne acharnement s’interrompait. Bernard revenait sur ses pas et me retrouvait comme sur une plage où j’eusse été rejetée, les dents serrées, froides.





























Fiche pédagogique n° 6

Titre : « Je l’ai épousé parce que ... »

Fiche d’apprenant :
Exercice :
Etudiez l’extrait du roman p. 46-47
« Pourquoi l’avait-elle épousé ? ...
Oui, elle avait été en adoration en adoration devant lui : aucune attitude qui demandât moins d’effort. Dans le salon d’Argelouse ou sous les chênes au bord du champ, elle n’avaient qu’à lever vers lui ses yeux que c’était sa science d’emplir de candeur amoureuse...
Il y avait cette joie puérile de devenir, par ce mariage, la belle-sœur d’Anne. Mais c’était Anne surtout qui en éprouvait de l’amusement ; pour Thérèse, ce lien ne comptait guère. Au vrai, pourquoi en rougir ? Les deux mille hectares de Bernard ne l’avaient pas laissé indifférente. ' Elle avait toujours eu la propriété dans le sang' Lorsque après les longs repas, sur la table deserie on apporte l’alcool, Thérèse était restée souvent avec les hommes, retenue par leurs propos touchant les métayers, les poteaux de mine, la gemme, la terébenthine. Les évaluations de propriétés la passionaient. Nul doute que cette domination sur une grande étendue de forêt l’ait séduite : ... peut-être cherchait-elle moins dans le mariage une domination, une possession, qu’un refuge ... Petite fille partique, enfant ménagère, elle avait hâte d’avoir pris son rang, trouvé sa place définitive ; elle coulait être rassurée contre elle ne savait quel péril. Jamais elle ne parut si raisonnable qu’à l’époque de ses fiançailles : elle s’inscrustait dans un bloc familial ... Elle se sauvait. »

Dégagez les motifs exprimant par Thérèse pour épouser Bernard.
Analysez leurs caractères (affectifs, matériels)






Fiche d’enseignant :

Objectif(s) : l’analyse du texte connu du roman, du comportement de l’héroïne
Niveau (âge) : B2, C1
Supports : le passage du roman
Durée : 45 min
Disposition en classe : travail commun et individuel
Démarches pédagogiques :
Phase de sensibilisation avant de commencer à travailler (présenter le sujet et sa problématique)

Exercice :
lecture commune du passage
lecture individuelle
le traitement individuel ou en couple des exercices
la mise en commune, la discussion

Corrigée :
Le caractère des motifs pour épouser Bernard est surtout matériel et même temps affectif (même si négativement). Thérèse prouve son passionement pour la propriété et le monde des hommes qui la fascine. Cela vient peut-être de la manque de l’affection depuis son enfance. L’absence de mère est très remarquable ici car elle cherche dans le mariage sa place définitive. Malgré cela , Thérèse prouve aussi un sentiment vers Bernard mais elle le révoque très vite en exprimant son désir de domination sur quelq’un.









6. La conclusion

Dans notre mémoire, nous nous sommes concentrés sur un grand écrivain français et son roman Thérèse Desqueyroux. Tout d’abord, nous avons présenté notre auteur à travers de sa région natale, la Gironde, où son esprit règne toujours. En outre, nous avons évoqué toutes les expériences vécues par nous-même.
Ensuite, sous la forme d’un regard chronologique, nous avons établi devant nos lecteurs la relation de l’auteur avec sa héroïne. La réanimation de Thérèse à maintes reprises nous insinue la complexité de leur relation.
La grande partie de notre mémoire est consacrée à l’analyse du crime dans le roman moyennant des études des différents points de vue qui nous mènent vers une conclusion de la responsabilité de l’héroïne sur le crime.
Les études comme celle ci sont sans doute nombreuses et il existe tant de possibilité de traiter ce thème et de l’étudier. Nous avons choisi cette forme sur une lecture détaillée du roman et donc, le travail apporte un regard plutôt subjéctif.
L’œuvre de François Mauriac est déjà beaucoup étudié. Alors, il pourrait paraître que n’importe quelle tentative de son traitement pourrais être vaine mais grâce à tous ces actions tournant notre écrivain et nous qui lisont toujours ses ouvrages et apportent des nouveaux regards sur cela, ce travail est et sera important.















7. Résumé
François Mauriac patYí k nejvýznamnjaím francouzským spisovatelom 20.století, pYesto je
eskému
tenáYi nepYília znám. Je autorem mnoha vhlasných románo a esejí a mimojiné také dr~itelem Nobelovy ceny, který ve svém díle v~dy bojoval s lhostejností, samotou, utrpením a apatnými mezilidskými vztahy.
Pokud dnes navatívíte jeho rodnou oblast La Gironde neubráníte se pocitu, ~e tento autor je zde stále pYítomen, také díky jeho obdivovatelom a odborníkom, kteYí nenechají uhasnout plamen jeho odkazu. Z míst, které známe z jeho tvorby, na vás dýchne atmosféra jeho díla a vy se v tu chvíli stáváte hrdiny jeho románo.
Jeho romány jsou
asto neprávem ozna
ovány jako ponuré a jejich hrdinové jako nestvorné postavy bez citu. Na pYíkladu hrdinky Thérèse Desqueyroux se pokusíme prokázat nesprávnost tohoto tvrzení.

Summary
Francois Mauriac is one of the most remarkable french author of 20th century, despite of this he is not well known by czech readers. He is an author of many famous novels and essays and besides the owner of the Nobel Prize in Literature. He has been fighting with insentience, solitude, suffering and bad interpersonal relations in all his works.
If you visit his place of birth, La Gironde, you can feel he is still there, also because of his following and experts, who do not let out the flame of his heritage. On the place, which we know from his work, you will be impressed with the atmosphere and you will become a hero of his novels.
Mauriac´s novels are often wrongfully referred to as gloomy and their heros as monstrous character without any feeling. On the example of one of the hero, Thérèse Desqueyroux, we attempt to disprove this allegation.







Bibliographie, webographie et sources des photos

Bibliographie :

MAURIAC, F. Thérèse Desqueyroux. Paris : Bernard Grasset, 1927
ISBN : 2 – 253 – 00421 - 9
MAURIAC, F. La fin de la nuit. Paris : Grasset, 1935,
ISBN : 2 – 253 – 00966 - 0
MAURIAC, F. Romancier et ses personnages I.,la photocopie
TRIGEAUD, F. Itinéraire François Mauriac en Gironde. Bazas : Les Amis du Bazadais, 1974
Maisons d’écrivain en Aquitaine. Bordeaux : Centre François Mauriac, 2007
LACOUTURE, J. François Mauriac 1. Le sondeur d’abîmes 1885-1933. Paris : Editions du seuil, 1980
SARTRE, J.-P. Situations I. Essais critiques. Paris : Gallimard, 1973
CASSEVILLE, C. Mauriac et Sartre. Bordeaux-le-Bouscat : L’Esprit du temps, 2006
GOESH, K. Les paroles restent Interwiews Paris : Grasset, 1985
GOESCH, K. François Mauriac de l’Académie française Les paroles restent Interwiews recuillis et présentés par K. G. Paris : Grasset, 1985
CALLET-BIANCO, A. « Thérèse Desqueyroux » Mauriac. Paris : Grasset, 1992
Cahiers François Mauriac 13. Paris : Grasset, 1986
Les prospectus de la Maison de François Mauriac et de l’Office de tourisme

Articles :

DARFAY, C. Par amour pour Mauriac. Bordeaux : Sud Ouest, le 26/11/2007.
Mauriac en opéra rétro-kitsch. Paris : Le Monde, le 27/11/2007.
CHAVET, L. Le Cinéma française présente Thérèse Desqueyroux. Le Figaro, le 5/9/1962 (tous les articles ont été consultés au Centre François Mauriac à Malagar, il s’agissait souvent des copies sans pagination).
BESSEGES, A. La France catholique le 28/9/1962.
DURAN, M. Thérèse Desqueyroux. Canard, le 27/9/1962.
La Croix Dimanche, le 8/9/1962.
LANE, B. Pseudo-mères et Pseudo-épouses : Bourreaux et victimes dans quatre romans de François Mauriac. Cahiers François Mauriac 13 Paris : Grassset, 1986
BORELLA, L. Aspect du discour féminin chez Mauriac romancier. Cahiers François Mauriac 13. Paris : Grasset, 1886, p. 224
SARTRE, J.-P., M. François Mauriac et la liberté. Paris : Nouvelle Revue Française, février 1939
HOLMBERG, A. « Thérèse Desqueyroux : l’Impossibilité du moi » Cahiers François Mauriac 13. Paris : Grasset, 1986, p. 125.


Webographie :

Prix Littéraires:  HYPERLINK "http://www.prix-litteraires.net/prix/732,prix-francois-mauriac-de-la-region-aquitaine.html"http://www.prix-litteraires.net/prix/732,prix-francois-mauriac-de-la-region-aquitaine.html, page consultée le 5/10/2008
 HYPERLINK "http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=2303.html"http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=2303.html, page consultée le 1/11/2008.
Dictees en ligne :  HYPERLINK "http://ladictee.fr/" http://ladictee.fr/, le 20/11/2008
Google maps France :  HYPERLINK "http://maps.google.fr/maps?hl=fr&tab=wl" http://maps.google.fr/maps?hl=fr&tab=wl, page consultée le 20/11/2008
Thérèse Desqueyroux de François Mauric :  HYPERLINK "http://www.erin.utoronto.ca/~w3fre240/therese/projet/therese-map1.html" http://www.erin.utoronto.ca/~w3fre240/therese/projet/therese-map1.html, page consultée le 20/11/2008
Le gemmage :  HYPERLINK "http://www.parentis.com/fr/Visites/gemmage/gemmage.htm" http://www.parentis.com/fr/Visites/gemmage/gemmage.htm, page consultée le 11/11/2008


Photos :

Notre propre archive des photos
François Mauriac :
 HYPERLINK "http://www.francois-mauriac.org/malagar/terrien/scrolleur.htm"http://www.francois-mauriac.org/malagar/terrien/scrolleur.htm, page consultée le 20/10/2008.
Forêt des Landes :  HYPERLINK "http://fr.wikipedia.org/wiki/For%C3%AAt_des_Landes, page consultée le" http://fr.wikipedia.org/wiki/For%C3%AAt_des_Landes, page consultée le 20/10/2008.
François Mauriac :
 HYPERLINK "http://www.francois-mauriac.com/grandes_vac/le_chalet/index.htm"http://www.francois-mauriac.com/grandes_vac/le_chalet/index.htm, page consultée le 11/10/2008.
François Mauriac :
 HYPERLINK "http://www.francois-mauriac.com/malagar/ecriture/html/ecriture03.htm" http://www.francois-mauriac.com/malagar/ecriture/html/ecriture03.htm, page
consultée le 3/11/2008.
Forum Opéra :  HYPERLINK "http://www.forumopera.com/v1/actu/genitrix.html"http://www.forumopera.com/v1/actu/genitrix.html, page
consultée le 20/10/2008.
Opéra National de Bordeaux
 HYPERLINK "http://www.operabordeaux.com/index.php?id=32&spectacle=99&id_cat=1&s=2" http://www.operabordeaux.com/index.php?id=32&spectacle=99&id_cat=1&s=2, page consultée le 20/10/2008.
Allocine.com ; Thérèse Desqueyroux :
 HYPERLINK "http://www.allocine.fr/film/galerievignette_gen_cfilm=4298&cmediafichier=18881224.html"http://www.allocine.fr/film/galerievignette_gen_cfilm=4298&cmediafichier=18881224.html, page consultée le 31/10/2008.















9. Annexes
La présentation des diverses couvertures du roman

 











La traduction tchèque de Thérèse Desqueyroux :
Mauriac, François: Tereza Desqueyrouxová (Thérèse Desqueyroux; R, in: PYíbhy lásky a nenávisti, Praha, Odeon 1972) - pYel. Josef Heyduk

Josef Heyduk (1904-1994)
L écrivain et le traducteur bien méritant de traduire nombreux ouvrages littéraires français en tchèque et comme cela, ils sont connu aussi aux lecteurs tchèques.
(J. Giraudoux, A. Gide, A. Malraux, P. Claudel, F. Mauriac, Ch. F. Ramuz, M. Proust, L. Bloy)
( HYPERLINK "http://www.obecprekladatelu.cz" http://www.obecprekladatelu.cz, page consultée le 31/11/2008)
 TRIGEAUD, F. Itinéraire François Mauriac en Gironde. Bazas : Les Amis du Bazadais, 1974, p. 19.
 François Mauriac :  HYPERLINK "http://www.francois-mauriac.org/malagar/terrien/scrolleur.htm"http://www.francois-mauriac.org/malagar/terrien/scrolleur.htm, page consultée le 20/10/2008.
 La Gironde est un département situé dans le sud-ouest de la France en Aquitaine.
 cf. TRIGEAUD, F. (1974), p. 19.
 La photo prise par nous-même.
 Titre de son roman : Un adolescent d’autrefois (1969).
 MAURIAC, F. Thérèse Desqueyroux. Paris : Bernard Grasset, 1927, p. 39.
 Maisons d’écrivain en Aquitaine. Bordeaux : Centre François Mauriac, 2007, p. 39.
 Forêt des Landes :  HYPERLINK "http://fr.wikipedia.org/wiki/For%C3%AAt_des_Landes, page consultée le" http://fr.wikipedia.org/wiki/For%C3%AAt_des_Landes, page consultée le 20/10/2008.
 François Mauriac :  HYPERLINK "http://www.francois-mauriac.com/grandes_vac/le_chalet/index.htm"http://www.francois-mauriac.com/grandes_vac/le_chalet/index.htm, page consultée le 11/10/2008.
 La citation trouvée sur le pavé dans le jardin à Malagar.
Cf. TRIGEAUD, F. (1974) , p. 5.
 Le matériel de publicité du Centre François Mauriac, mars 2008.
 Les photos prises par nous-mêmes.
 François Mauriac :  HYPERLINK "http://www.francois-mauriac.com/malagar/ecriture/html/ecriture03.htm"http://www.francois-mauriac.com/malagar/ecriture/html/ecriture03.htm, le 3/11/2008.
 Maisons d’écrivain en Aquitaine. Bordeaux : Centre François Mauriac, 2007, p. 38.
 La photo prise par nous-même.
 La photo prise par nous-même. Le tilleul connu du roman Le nœud du vipères.
 La photo prise par nous-même.
20 La photo prise par nous-même.
21 DARFAY, C. Par amour pour Mauriac. Bordeaux : Sud Ouest, le 26/11/2007.
 Mauriac en opéra rétro-kitsch. Paris : Le Monde, le 27/11/2007.
 Forum Opéra :  HYPERLINK "http://www.forumopera.com/v1/actu/genitrix.html"http://www.forumopera.com/v1/actu/genitrix.html, page consultée le 20/10/2008.
 Opéra National de Bordeaux :  HYPERLINK "http://www.operabordeaux.com/index.php?id=32&spectacle=99&id_cat=1&s=2" http://www.operabordeaux.com/index.php?id=32&spectacle=99&id_cat=1&s=2, page consultée le 20/10/2008.
 Le 16/10/2008, le prix a été remis à Annie Ernaux pour son ouvrage Les Années (2008). Elle évoque dans son roman la période de sa propre existence à travers celle de la société de son temps.


 Prix Littéraires:  HYPERLINK "http://www.prix-litteraires.net/prix/732,prix-francois-mauriac-de-la-region-aquitaine.html"http://www.prix-litteraires.net/prix/732,prix-francois-mauriac-de-la-region-aquitaine.html, page consultée le 5/10/2008 : Le prix a été créé en 1985. Cette récompense est destinée pour les écrivains originaire de l´Aquitaine ou les écrivains traitant des thèmes dont la source d´inspiration est l´Aquitaine. En 2002, le prix a été relancé par le centre François Mauriac de Malagar à l´occasion de 50 ans du Prix Nobel de François Mauriac. Cette action donné à ce prix une mission plus importante renvoyant à l´engagement de cet auteur. Ce prix est désormais décerné à l’auteur qui est évocateur de la société de son temps et qui poursuit l´héritage de Mauriac.



 MAURIAC, F. Thérèse Desqueyroux. Paris : Grasset, 1927, p. 21.
 LACOUTURE, J. François Mauriac 1. Le sondeur d’abîmes 1885-1933. Paris : Editions du seuil, 1980,
p. 296.
 Cf. LACOUTURE, p. 296
 La copie du Romancier et ses personnages I offerte pour le but d’étude par Madame Caroline Casseville, Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3, p. 844.
 Cf. MAURIAC, p. 153 (Approches de l’œuvre).
 Cf. LACOUTURE, p. 299.
 Cf. LACOUTURE, p. 307.
 Cf. LACOUTURE, p.307.
 Cf. LACOUTURE, p. 306.
 Cf. LACOUTURE, p. 311.
 MAURIAC, F. La fin de la nuit. Paris : Grasset, 1935, p. 157.
 Cf. MAURIAC, p. 5.
 Nouvelle Revue Française.
 Repris dans Les Situations I (SARTRE, J.-P. Situations I. Essais critiques. Paris : Gallimard, 1973).
 Cf. LACOUTURE, p. 317.
 Cf. p. 317.
 SARTRE, J.-P. Situations I. Essais critiques. Paris : Gallimard, 1973, p. 34.
 Cf. p. 47.
 Cf. LACOUTURE, p. 318.
 Cf. p. 39.
 CASSEVILLE, C. Mauriac et Sartre. Bordeaux-le-Bouscat : L’Esprit du temps, 2006, p.25.
Allocine.com : Thérèse Desqueyroux :
 HYPERLINK "http://www.allocine.fr/film/galerievignette_gen_cfilm=4298&cmediafichier=18881224.html"http://www.allocine.fr/film/galerievignette_gen_cfilm=4298&cmediafichier=18881224.html, page consultée le 31/10/2008.
  HYPERLINK "http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=2303.html"http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=2303.html, page consultée le 1/11/2008.
 CHAVET, L. Le Cinéma française présente Thérèse Desqueyroux. Le Figaro, le 5/9/1962 (tous les articles ont été consultés au Centre François Mauriac à Malagar, il s’agissait souvent des copies sans pagination).
 BESSEGES, A. La France catholique le 28/9/1962.
 DURAN, M. Thérèse Desqueyroux. Canard, le 27/9/1962.
 La Croix Dimanche, le 8/9/1962.
 GOESH, K. Les paroles restent Interwiews Paris : Grasset, 1985.
 Quand Mauriac parle de cinéma. Le Nouveau Candide, le 4/7/1962.
 BORELLA, L. Aspect du discour féminin chez Mauriac romancier. Cahiers François Mauriac 13. Paris : Grasset, 1886, p. 224 : « Thérèse Desqueyrouxest l’histoire tragique d’une femme de constitution psychologique fragile, certes, mais intelligente, et à qui manqué, dès l’enfance, l’affection d’un milieu familial complet et la formation éclairée et authentiquement respetueuse que demandait sa riche et complexe personalité. »
 SARTRE, J.-P., M. François Mauriac et la liberté. Paris : Nouvelle Revue Française, février 1939 :
« M. Mauriac a l’omniscience pour tout ce qui touche à son petit monde… le romancier n’est point Dieu…Dieu n’est pas un artiste; M. Mauriac non plus. »
 MAURIAC, F. Thérèse Desqueyroux. Paris : Grasset, 1927, p. 23.
 Cf. p. 40.
 Cf. p. 39.
 Cf. p. 39.
 Cf.*TU`p˜«µ¾ÇÈò  5 6
r
¶ ¸ ú öêÞÒÎê÷®¢™‚tctc™UD™U hBÚhUd5CJOJQJ^JaJhUd5CJOJQJ^JaJ hBÚhUd5CJOJQJ^JaJhUd5CJOJQJ^JaJhBÚhUd5CJaJhUd5hUd55CJaJhUd55CJ aJ hˆ*mH sH hBmH sH hB5mH sH hBCJOJQJ^JaJ#hBB*CJOJQJ^JaJphÿfhBmHnHsHjhBUjå0hBU hB5hB hB>*3êîëîìîíîîîïîðîñîòîóîôîõîöî÷îï.ïOïoïpïqïrïsïtïuïîïðïòïóïðóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóó $„7^„7a$gdŸ,Fðððð ð
ð ð ð
ððððððððððððððððð ð!ð"ð#ðóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóó $„7^„7a$gdŸ,F#ð$ð%ð&ð'ð(ð)ð*ð+ð,ð-ð.ð/ð^ð_ð`ðdðäðnñyñ‡ñˆñ‰ñŠñ‹ñŒññŽññóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóó $„7^„7a$gdŸ,Fññ‘ñ’ñ“ñ”ñ•ñ–ñ—ñ˜ñ™ñšñ›ñœññžñŸñ ñ¡ñ£ñ¤ñ¥ñ¦ñ§ñ¨ñ©ñªñ«ñ¬ñóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóóó $„7^„7a$gdŸ,F¬ñ­ñ®ñ¯ñ°ñ±ñ²ñ³ñÈñéñòòóòó:óSóÔóÕóãóCô£ô×ôØôóóóóóóóããÔÔÔÔÔãÔÔãÂÂÂÔ$
& F„7dh^„7a$gdŸ,F$„7dh^„7a$gdŸ,F$„7dh@&^„7a$gdvÆ $„7^„7a$gdŸ,FØôâôåôüô õGõ›õLö{öh÷÷ ÷øø@øUøXø9ú:úHúúŸúÄúêúûCûeûïààààààààààààààààààààààààà$„7dh^„7a$gdŸ,F$„7dh@&^„7a$gdvÆeûfûgûhûiûjûkûlûmûnûoûpûqûrûsûtûuûvûwûxû”û•ûÁûóóóóóóóóóóóóóóóóóóëÜͽ$„7dh@&^„7a$gdvÆ$„7dh^„7a$gdŸ,F$„7dh^„7a$gdŸ,F$a$gd–Z³ $„7^„7a$gdŸ,F¬û¿ûÂû×ûáûåûæûèûUü¾üÀüÁüþüRýaýƒýžý¿ýÅýÐýÛý÷ýþ þþþ)þƒþŠþ“þ›þ¤þ·þ¸þ¹þºþÆþÚþðþÿÿ$ÿ9ÿNÿOÿhÿÕÿÛÿ "(1* hB5hB hB6;ÁûÂûÖû×ûåûæûÀüÁüþüÿü3ý4ýQýRýÄýÅýÆýðàðàðÒÃÒ¸ª¸ª¸Òð›$„Ÿdh^„Ÿa$gdW$
& Fdha$gdW
$dha$gdW$„7dh^„7a$gdW$
& Fdha$gdŸ,F$„7dh@&^„7a$gdvÆ$„7dh^„7a$gdŸ,FÆýÇýÈýÉýÊýËýÌýÍýÎýÏýÐýÑýðýþƒþ“þÿ$ÿOÿhÿ»ÿÉÿÕÿhôôôôôôôôôôôèØÉÉÉÉÉØÉÉÉÉ$„7dh^„7a$gdŸ,F$„7dh@&^„7a$gdvÆ $dh@&a$gdvÆ
$dha$gdŸ,Fh "1E‚ËÌÍÎÏÐÑÒÓÔÕÖ×ÙÚÛÜÝÞðåððððððððððððððððÖÖÖÖÖÖ$„Ÿdh^„Ÿa$gdŸ,F
$dha$gdŸ,F$„7dh^„7a$gdŸ,FÍ×Øß789ÖØÞãú6Jy»ÄúÿKPˆ(ëõ„




 åæFSX`ƒ‹’§Ñêôüýþÿ#øðèäðÚäÖÒÉÀ»ä»ä¶ä±ä±ä±ä±ä­ä±ä©¢©ð›èø’è’è’è’è’è’è’èäÖÒÖÉÀ»hB5mH sH  h)4[hB h)4[h)4[h)4[hY5 hB>* hB6 hB5hB5CJaJhýN15CJaJhvÆhø!3hBmHnHsHhBhBmH sH jhBUhvÆmH sH 9Þßàáâãäåæçèéêë45679:;?@Aðëëëëëëëëëëëëåëëëëëëëëëëëë@&gdvÆgdŸ,F$„7dh^„7a$gdŸ,FABCDE€ÕÖ×ØÙÚÛÜÝÞùú56JKúúúúúúîîîîîîîîîßÐÀÐÀÐ$„7dh@&^„7a$gdvÆ$„7dh^„7a$gdŸ,F$„7dh^„7a$gdŸ,F $„7^„7a$gdŸ,FgdŸ,FK‘7tË;Imw±Öà6‰– ¨ËÓÚï3ü V ` b d !#*#5#6#8#‘#’#“#˜#«#¯#°#µ#Ö#ç#ë#õ#E$ü÷üòíü÷æ÷æ÷æ÷æ÷æ÷æ÷æ÷íü÷üíüâÙÑÙÑÙÑÙÑÙÑÙÑÈÑÈÑÈ÷üíüíüÄü»²¥ÑÙÑÙÑÈÑhB5CJaJmH sH hB5CJaJhýN15CJaJhø!3hB>*mH sH hBmH sH hB5mH sH hW hB6>* hB>* hB5 hB6hB?º»ÕÖýþ>?§óZ ððððððàðÔðÂÂÂÂðððððððð$
& F„7dh^„7a$gdŸ,F $dh@&a$gdvÆ$„7dh@&^„7a$gdvÆ$„7dh^„7a$gdŸ,F 
  
+‰ ËÚ3•òóüV d *#ððððððððððððàðððððàðððððàð$„7dh@&^„7a$gdvÆ$„7dh^„7a$gdŸ,F*#8#K#b#y#Ž###‘#’#“#¯#°#Õ#Ö#ê#ë#ù#ú#ïááááÕÕÕÍÁµ©œ©œ©œ©
„7dh@&^„7gdvÆ „7dh^„7gdŸ,F $„7^„7a$gdŸ,F $„h^„ha$gddt$a$gd–Z³ $„7^„7a$gdŸ,F$
& Fdha$gdŸ,F$„7dh@&^„7a$gdvÆú#E$F$ˆ$‰$Š$Ü$Ý$:%;%]%^%²%³%´%µ%¶%·%¸%¹%º%»%¼%½%¾%ôèôàèôèôàôàôÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔ „7dh^„7gdŸ,FdhgdvÆ „Ÿdh^„ŸgdvÆ
& FdhgdŸ,FE$F$ˆ$Š$Ü$Ý$:%;%]%^%´%¾%¿%Ñ%Õ%à%U&b&l&t&ñ&ò& '
' '''!')'0'E''š'ü'ý'
(ø()ñ-ò-õ-.. .%.J.[.^.øðøðøðøðøðøèßðßðßðßðÔÍ¿Ô°Ôðßðßðßðߧð§ðŸ—øŽxŸxŸh‰J×5mH sH h‰J×5CJaJmH sH h‰J×5CJaJhø!3mH sH h‰J×mH sH hB>*mH sH h‘›h‘›0J>*B*phÿjåh‘›h‘›U h‘›h‘›jh‘›h‘›UhB5mH sH h*g³mH sH hBmH sH hvÆmH sH /¾%¿%Ô%Õ%U&l&ž&ñ&!'0''š'ü'ý'
(*(p(ª(Ë(ß(óæÚËËËËËËË»ËË»©©©©©$
& F„7dh^„7a$gdvÆ$„7dh@&^„7a$gdvÆ$„7dh^„7a$gdvÆ „7dh^„7gdvÆ
„7dh@&^„7gdvÆ „7dh^„7gdŸ,Fß(÷(ø()0*0+¼+þ,ë-ì-í-î-ï-ð-ñ-ò-ó-ô-õ-ö-÷-íÞμ¼¼¼¼ÞÞÞ±±±±±±±±±
$dha$gdŸ,F$
& F„7dh^„7a$gdvÆ$„7dh@&^„7a$gdvÆ$„7dh^„7a$gdvÆ$
& F„7dh^„7a$gdvÆ÷-ø-ù-ú-û-ü-ý-þ-ÿ-.......... .I.J.^.ôôôôôôôôôôôôôôôôôéÝÐÄÐ „7dh^„7gdŸ,F
„7dh@&^„7gdvÆ $„Ÿ^„Ÿa$gdŸ,F $
& Fa$gdG*mH sH h µh-a>*mH sH h-amH sH h µmH sH h-ß5mH sH hBmH sH h­< h-ßmH sH h-ßmH sH h­< mH sH h­< 6mH sH h‰J×6mH sH h­< h­< 6mH sH h­< h‰J×6mH sH h­< h¼Sr6mH sH h‰J×mH sH h-ßh‰J×>*mH sH $5N5g5É5Ë5Ö5ñ56:6\6]6r6q8r8s8t8u8v8w8x8y8z8ðàðððÒÒÒÒðÆð»»»»»»»»»
$dha$gdŸ,F $dh@&a$gdvÆ$
& Fdha$gdŸ,F$„7dh@&^„7a$gdvÆ$„7dh^„7a$gdŸ,Fr66£6Ã6à6á6í6î6«7à7â7p8q8y8z8‹8ž8ð899Î;Ï;Ç=Î=ß=à=á=è=ë=ì=í=ý=,>ú>z@DDDFDMDND˜DšDˆGGÅGøðèøèðèðèðèðèà×ÓË¿ËÓ»Ó»ÓËÓ·³¯·£œ·œ”Œ‡·z·u·‡· hK\H* hK\5hÇhK\5 hK\6hL=yhK\6hK\mH sH  hK\hK\hK\hK\5CJaJhP'hø!3hK\hØ]hØ]hB6mH sH hBmH sH hBhB5CJaJh-ßmH sH h µmH sH h-amH sH hX,mH sH -z8‹8Œ8Ç9¬:;[ˆh0SR6CJaJmH sH h>[ˆh0SRCJaJmH sH hdthdtCJaJmH sH hdtCJaJmH sH hdtCJaJh0SRCJaJh>[ˆh0SR6CJaJh>[ˆh0SRCJaJh0SR5mH sH h0SR5CJaJmH sH h>[ˆh0SR5CJaJmH sH h*g³h–Z³h0SRþGHHNHoH¦HÇHIZI¤IJKJ›JÚJdK­KàK+L,LïàÒÆ»¯»»»»»»ÒÒÒÒÒ  $„7dh^„7a$gdŸ,F „Ÿdh^„ŸgdÒyK
& FdhgdŸ,F „Ÿdh^„Ÿgddt $
& Fdha$gdŸ,F$„7dh^„7a$gdŸ,F$„7dh@&^„7a$gdvÆñHóHõHöHII5IYIZI{I¤I²IåIJ1JJJKJZJkJ›J¤J¥JÃJÙJÚJåJMKcKdKvK•K¬K­KòãòãØÌØĸ­ØÌØÌØ¢“ƒ“Ø“ƒ“w¢k¢\¢k¢Äh!0íh0SRCJaJmH sH h!0íh0SR6CJaJh0SRCJaJmH sH h>[ˆh0SR6CJaJmH sH h>[ˆh0SRCJaJmH sH h!0íh0SRCJaJhÒHühÒHüCJaJhÒHühÒHü6CJaJh0SRCJaJh>[ˆh0SR6CJaJh>[ˆh0SRCJaJhÒHühÒHüCJaJmH sH hÒHü6CJaJmH sH  ­KÉKÊKßKàK*L+L,L6L7L8LDLZLLžLÁLÌLèLéLüL M´MÎMáMùM
NNN"NóêâÚÑÉÁµ¬£˜Œ˜Œ˜}m}m}m}m}m}aVh“@îh“@îCJaJh[CJaJmH sH h[h[6CJaJmH sH h[h[CJaJmH sH h[h[6CJaJh[h[CJaJh[5CJaJh)4[5CJaJh)4[h)4[5CJaJh)4[CJaJhTCJaJhT6CJaJhÒHüCJaJh“@îCJaJh)4[6CJaJh)4[hÒHü6CJaJ,L7L8LLÁL“MÃMùMN´N.O’O P
PPPPQÌQ'RïàÕÕÇÇÇÇÇÇÇÇ»àïà­­­ $
& Fdha$gdŸ,F „7dh^„7gdŸ,F $
& Fdha$gdŸ,F
& FdhgdŸ,F $„7dh^„7a$gdŸ,F $„7dh@&^„7a$gdvÆ"NœN³N´NðN
O8O=O>OaOfOiO’OŸOÏO P
PPPPP/P0P—P˜P™PóèÙÎÂγÎÂÎÂγ£³Î—‹‚vk\kJ\#jÊåhTh‘›CJUaJjhTh‘›CJUaJhTh‘›CJaJhTh[5CJaJh)4[5CJaJhTh)4[5CJaJh)4[h)4[5CJaJh[h[6CJaJmH sH h[h[CJaJmH sH h[h[6CJaJh[h[CJaJh“@îh[CJaJmH sH h“@îh“@îCJaJh“@îh“@î6CJaJ™PóPôPöPQQQQeQfQgQ¬Q­Q®Q½QËQÌQßQàQRRRRR'R=R>RsRtRuRœRRŸR®RÈRíÞÓËÓÀÞÓ®ÞíÞÓËÓ£ÓÞӑÞíÞӊŠqbŠ^ŠhdthTh‘›0J>*B*phÿjËèhTh‘›UjhTh‘›U hTh‘›#jîçhTh‘›CJUaJhTh)4[CJaJ#jñæhTh‘›CJUaJhThTCJaJhdtCJaJhTh‘›CJaJjhTh‘›CJUaJ$hTh‘›0J>*B*CJaJphÿ"'R¼R£SMTNTOTXTYTyTT9UöU V¼VôôôäØÇ中¡–‹ „Ÿdh^„Ÿgddt
& F
dhgddt
& F
dhgdŸ,F „Ÿdh^„ŸgdŸ,F
& F dhgdŸ,F
& F
Æ7dhgdŸ,F
Æ7„7dh@&^„7gdvÆ
Æ7dhgd*g³
Æ7„7dh^„7gdŸ,F
& FdhgdŸ,F
ÈRæRçR;S*B*phÿj¡ëhTh‘›UjhTh‘›U hTh‘›hdthThT0J>*B*phÿjøéhThTUjhThTU hThT ØTÙTÚTUUU)U7U8U9UJULUMU U¡U¢UçUèU
V V
VYVZV[VšV›VV¬V¯V°V¼VíÞËÞÀ¸À°À°À¡–„¡q¡f¸ÞÀTÞËÞÀ¸À¸À#jœïhThTCJUaJh+9hTCJaJ$hdthdt0J>*B*CJaJphÿ#j÷íhdthdtCJUaJhdthdtCJaJjhdthdtCJUaJhTCJaJhdtCJaJhThTCJaJ$hThT0J>*B*CJaJphÿjhThTCJUaJ#j
íhThTCJUaJ¼VÏVÐVÖV×V)W*W+WoWpWrWŠW”W•W£W¤WàWáWâWXXñåÝÎñΞÎ咃tiZiHZ5Z$hThT0J>*B*CJaJphÿ#j.òhThTCJUaJjhThTCJUaJhThTCJaJhTh+9CJaJmH sH h+9h+9CJaJmH sH hdtCJaJmH sH $h+9h+90J>*B*CJaJphÿ#jðh+9h+9CJUaJh+9h+9CJaJjh+9h+9CJUaJh+9CJaJh+9CJaJmH sH hThTCJaJmH sH ¼VÐVwW•WX2XMX Y1YZZZZZZZZZZ Z!ZôèèôÜôÜôÜÐÀÀÀÀÀÀÀÀ´´
Æ7dhgddt
Æ7„7dh^„7gdŸ,F „7dh^„7gdŸ,F „Ÿdh^„Ÿgddt „7dh^„7gddt
& FdhgdŸ,FXX&XLXMXNX¢X£X¤XêXëXüX YY1Y2Y•Y–Y—YíYîYðYÿYZZZøðåðÖ˹֦Ö𛌀qå_qLqŒ€ŒEAhT hThT$hThT0J>*B*CJaJphÿ#j¨ôhThTCJUaJjhThTCJUaJhdtCJaJmH sH hThTCJaJmH sH h+9hTCJaJ$h+9h+90J>*B*CJaJphÿ#jÿòh+9h+9CJUaJh+9h+9CJaJjh+9h+9CJUaJhThTCJaJhdtCJaJh+9CJaJZ!Z%Z.Z/ZcZdZ„Z…Z‡ZˆZ‰ZŠZ‹Z’Z”ZŸZ¤Z§ZªZ¾ZÀZÁZÔZéZ\2\†\ˆ\¤\´\üøðëæÙæÌæðĽµ­¡•Œ¡•¡„yuououdXOhþ_b5CJaJhþ_bh-H¼5CJaJh‘›hþ_bCJaJ
h_|×0J#h_|×h‘›h‘›CJaJhCc CJaJhþOh>*CJaJh2aphCc >*CJaJh2aph-H¼>*CJaJh*g³CJaJhövFCJaJ hTh‘›j ‘h»`hUjžRh»`hh»`h5UjÇõh»`hh»`h5U h»`h5 h–Z³5h»`hh»`h5h*g³h»`h!Z"Z#Z$Z%Z0ZbZcZ†Z‡ZˆZŠZ‹ZŒZZŽZZZ‘Z’ZóóóóãÔÄÄÄĸ­­­­­­­­
$dha$gddt „7dh^„7gdŸ,F
Æ7„7dh^„7gdŸ,F
& F
Æ7dhgdCc 
Æ7„7dh^„7gddt
Æ7dhgddt’ZÁZ†\ˆ\º\^^^Í^0_ð_C`e`…`¾`a\abßbcñåÖÆ·¨¨¦¦¦¦¦¡¡¡¡¡¦ $a$  $„7dh^„7a$gdþ_b $„7dh^„7a$gd_|× $„7dh@&^„7a$gdvÆ $„7dh^„7a$gd-H¼ „7dh^„7gd-H¼ $
& Fdha$gdCc ´\¸\º\ð\þ]^]^^^_^`^Œ^^Ž^¬^­^Ë^Ì^Í^Î^Ý^_0_1_E_F__óçß×ßÌ×ĵª˜µ…µ}Ärhd_dhdTM hnŸh''jhnŸh''U h''6h''jh''0JUh2aph2apCJaJhþOhCJaJ$hþOhhþOh0J>*B*CJaJphÿ#jèõhþOhhþOhCJUaJhþOhhþOhCJaJjhþOhhþOhCJUaJh2apCJaJhþ_bhþ_bCJaJhþ_bCJaJh-H¼CJaJhþ_bh0SR5CJaJhþ_bh-H¼5CJaJ_‘_’_Ï_Ð_Ò_á_ð_ñ_ò_ `C`D`I`e`f`…`†`œ`µ`¾`¿`É`â`a a
a+a\a]aqaraÅaÆaÇa b
bbñæ×æÐÌп»Ð»±»¥±»±» »±» »±» »±»•Ž€•q•j hdth''hdthdt0J>*B*phÿjà÷hdthdtU hdthdtjhdthdtU h''6h''CJaJmH sH jh''0JUh''jhnŸh''0JUhdt hnŸh''hnŸh''0J>*B*phÿjhnŸh''UjóöhnŸh''U%bb0b1b}b~bb¾b¿bÁbÐbßbàbábccc c*B*phÿj…ùhdth''U hdth''jhdth''Uhdtjhdth''0JUc